Retour

La Vérif : plus d'heures supplémentaires des infirmières, plus de risques de décès de patients

Au Québec, lorsque le nombre d'heures supplémentaires des infirmières augmente de 5 %, le risque de mortalité des patients grimpe de 3 %, révèle une étude.

Un texte de Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux

Les heures supplémentaires et le ratio patients-infirmière sont au cœur des discussions entre les infirmières et le ministre de la Santé du Québec. Une étude menée par l'Université de Sherbrooke et l'Université McGill montre que la gestion des heures de travail du personnel infirmier a un impact direct sur la qualité des soins offerts au patient.

Le professeur Christian Rochefort, un ancien cadre dans le réseau de la santé, a démontré qu’une augmentation, même marginale, des heures supplémentaires fait grimper le risque de mortalité du patient.

« Les infirmières, ce n’est pas banal, ce qu’elles font. Elles donnent des soins, elles jouent avec des médicaments, elles s’occupent de gens qui ont des problématiques de santé complexes ». Le professeur Rochefort rappelle que des règles de sécurité empêchent les camionneurs de conduire au-delà d’un certain nombre d’heures. C’est la même chose pour les pilotes d’avion. Il se demande alors pourquoi le travail des infirmières n’est pas mieux réglementé.

En plus de l’impact des heures supplémentaires, M. Rochefort s’est attardé au nombre de patients soignés par chaque infirmière. Selon les analyses du chercheur, si on dépasse un ratio d’une infirmière pour cinq patients dans le cadre de soins en médecine et en chirurgie, on augmente de 2,5 % le risque de mortalité des personnes malades.

« Ici, le risque doit être compris dans le même sens que le fait de consommer de l’alcool et d’aller prendre son véhicule après », avance le professeur Rochefort. « Ce n’est pas garanti que vous allez avoir un accident, mais vous augmentez vos risques que les choses se passent moins bien. »

Dans les centres de soins de longue durée de la Californie, chaque infirmière doit soigner un maximum de 6 patients le jour et de 12 la nuit. L’Ordre des infirmières estimait en 2014 que le ratio des CHSLD du Québec s’élevait à au moins une infirmière pour 20 patients. Le témoignage de l’infirmière Émilie Ricard révélait que c’est parfois beaucoup plus.

Les infirmières et le ministre de la Santé, Gaétan Barette, discutent actuellement de la question des ratios de patients. Christian Rochefort rappelle que depuis 2004, la Californie impose aux centres hospitaliers un ratio de patients par infirmière.

La loi visait, au départ, à améliorer les soins, mais une étude américaine montre que ce genre de ratios a d’autres impacts positifs.

Le nombre de cas de blessures ou de maladie chez les infirmières californiennes a chuté d’au moins 30 %. Moins d’infirmières à remplacer signifie des économies bien réelles pour un réseau de santé.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine