Retour

La Vérif : Tentant pour les infirmières françaises de pratiquer au Québec?

Le réseau de santé québécois se tourne de nouveau vers la France pour embaucher des infirmières. Mais pourquoi voudraient-elles pratiquer au Québec? Voici deux arguments d'ordre financier.

Un texte de Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux

D’abord, le revenu.

Les infirmiers français sont parmi les moins bien payés des pays industrialisés. L’OCDE a mené un étude visant, entre autres, à comparer le revenu du personnel infirmier dans les pays occidentaux. Les statisticiens ont calculé le salaire de base, les différentes primes, les avantages sociaux et le revenu tiré des heures supplémentaires.

Résultats : une infirmière en France gagne en moyenne 55 000 $ canadiens. Le même travail au Canada rapporte en moyenne 71 000 $, selon l’étude de l’OCDE. En traversant l’Atlantique, l’infirmière française peut donc espérer gagner environ 23 % de plus.

En plus du revenu, il y a le coût de la vie.

À Montréal, avec 1200 $ par mois, il est facile de trouver un appartement bien situé qui compte au moins deux chambres à coucher. À Paris, avec le même montant par mois, vous devrez sans doute vous contenter d’un minuscule studio d’à peine 20 mètres carrés.

Plus d'articles