Retour

En développement - Les écoles et les campus de l'Î.-P.-É. évacués après un appel à la bombe

Les écoles et campus de l'Île-du-Prince-Édouard - le collège Holland et l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard - ont tous été évacués mercredi à la suite d'une alerte à la bombe. Les policiers ont depuis confirmé que la menace n'était pas crédible. 

Le Collège Acadie Î.-P.-É. a également été fermé en raison de l'alerte. Toutes les écoles de la province seront ouvertes jeudi et les forces policières ont déclaré que l'enquête se poursuivait. 

La menace a été communiquée par télécopieur au quartier général de la Gendarmerie royale du Canada à Ottawa.

« À 9 h ce matin, la GRC à l'Île-du-Prince-Édouard a reçu un appel de la GRC à Ottawa pour nous prévenir qu'elle avait reçu des menaces par télécopieur visant des écoles à l'Île-du-Prince-Édouard. Le télécopieur indiquait que des bombes avaient été placées dans certaines écoles de la province », a déclaré en point de presse le sergent-chef de la GRC Kevin Baillie, à Charlottetown.

La menace précisait que les bombes devaient exploser au cours de la journée. Les commissions scolaires ont été prévenues et des plans d'évacuation aussitôt mis en branle.

Les élèves ont été transportés vers des « lieux sûrs » identifiés dans les plans d'urgence des écoles. Les autobus scolaires les y attendaient pour les ramener à la maison. Les parents ont aussi pu récupérer leurs enfants à ces endroits.

Une évacuation dans le calme

Toute l'opération s'est déroulée rondement, selon le sergent-chef Baillie. Il y a eu un peu de confusion relativement aux lieux où on devait diriger les élèves, mais tout s'est déroulé dans le calme et personne n'a été blessé.

Les policiers ont fait une fouille sommaire de toutes les écoles sans trouver de colis suspect. Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLauchlan, s'est dit soulagé par le déroulement de cet événement.

« Nous pouvons nous compter chanceux que ce soit la première fois que l'Île-du-Prince-Édouard doive vivre un tel événement. La réaction à cette potentielle menace montre le sérieux de la situation. Les évacuations et les plans de sécurités ont été suivis à la lettre et avec professionnalisme », a déclaré M. MacLauchlan.

La GRC n'est pas en mesure pour l'instant d'établir un lien entre cet appel à la bombe et ceux qui ont visé plusieurs établissements d'enseignement en Nouvelle-Écosse mercredi. Par ailleurs, aucune alerte à la bombe n'a été reçue au Nouveau-Brunswick et donc toutes les écoles sont demeurées ouvertes mercredi. 

« Les autorités scolaires sont en communication régulière avec la GRC et l'Organisation des mesures d'urgence du Nouveau-Brunswick, lesquelles confirment qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter outre mesure ni d'évacuer les écoles, comme l'ont fait l'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse aujourd'hui », a déclaré un porte-parole du District francophone sud.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine