Retour

En quête d'un registre national pour traquer l'amiante 

En Colombie-Britannique, le conseil des bâtiments et des travailleurs de la construction de l'île de Vancouver demande la mise en place d'un registre national des immeubles publics et des navires marins qui contiennent de la fibre d'amiante.

Le président du syndicat de la construction de l'île de Vancouver, Philip Venoit, dont l'organisme compte 7 000 membres, a interpellé le bureau du premier ministre à Ottawa et les premiers ministres provinciaux ainsi que des maires pour créer ce registre. 

M. Venoit souhaite que ce registre soit en ligne, accessible à tous les travailleurs de la construction. Il indiquerait les édifices et navires construits avec des matériaux contenant de l'amiante. Le registre donnerait aussi des informations sur les types de produits utilisés et contenant des fibres d'amiante.

Ce minerai a longtemps été utilisé dans le secteur de la construction. Résistante à la chaleur, la fibre d'amiante a servi à la fabrication d'isolants, de revêtements de sol en vinyle, de ciment et dans d'autres produits.

L'amiante toujours aussi meurtrier

Les travailleurs de la construction veulent sensibiliser les plus jeunes aux risques de santé que cause l'amiante, car certains ouvriers qui y ont été exposés durant des années ont été diagnostiqués avec une maladie des poumons voire du mésothéliome, une forme de cancer qui affecte le revêtement des poumons.

Selon Philip Venoit, les diagnostics de maladies liées à l'amiante sont « une sorte de peine de mort » parce que l'amiante est respiré sur le lieu du travail. Souvent, ces maladies mènent davantage au décès que ne le sont les accidents industriels survenus pendant l'exercice professionnel, estime le président de la branche de l'île de Vancouver du syndicat de la construction.

La commission des accidents du travail, WorkSafe BC. indique qu'en 2014, 28 travailleurs de la construction sont morts d'une maladie liée à l'amiante tandis que 17 sont décédés des suites de blessures. En 2015, Worksafe BC a répertorié 11 décès en relation avec l'inhalation de l'amiante alors que 18 ont été causés par des accidents de travail.

Cependant, le tableau demeure plus sombre, reconnaît WorkSafe BC. La commission des accidents du travail estime en effet que le nombre de décès en lien avec l'amiante continue d'accroître et que la tendance risque de se maintenir.

En 2012, année des dernières statistiques nationales sur les effets de ce minerai, il y a eu 560 nouveaux cas de mésothéliome, plus du double qu'en 1992 où l'on en a compté 276. Et entre 2000 et 2012, 467 décès ont été dénombrés, soit une augmentation de 60 %.

Ces chiffres pourraient être plus alarmants, selon Kathleen Ruff, une militante pour les droits de la personne en Colombie-Britannique. Avec d'autres signataires, elle a écrit au premier ministre Justin Trudeau pour que le Canada interdise l'importation de produits contenant l'amiante.

D'après les informations de Caroline Morneau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine