Retour

Enbridge élimine 5 % de son effectif, notamment 370 postes au Canada

Le plus gros exploitant de pipelines au Canada, Enbridge, élimine 370 postes au Canada et environ 160 autres aux États-Unis, ce qui représente environ 5 % de son effectif de plus de 11 000 employés.

L'entreprise de Calgary a indiqué mercredi qu'elle avait fait ces réductions de personnel dans l'ensemble de ses activités à la suite d'une révision organisationnelle de l'entreprise.

Selon la porte-parole d'Enbridge, Suzanne Wilton, la révision se concentrait sur ce que l'entreprise pouvait faire pour croître, se diversifier et être en mesure de profiter des occasions qui se présentent à elle.

En novembre 2015, l'entreprise avait également réduit son effectif d'environ 5 % en disant que l'élimination de ces emplois était nécessaire pour qu'elle reste concurrentielle et résiste aux difficultés que traverse son industrie.

Selon la pétrolière, la révision organisationnelle a été lancée bien avant qu'elle annonce l'acquisition de Spectra Energy pour 37 milliards de dollars le mois dernier.

Ces mises à pied surviennent alors qu'Enbrigde continue de travailler pour obtenir l'approbation de son projet de pipeline Northern Gateway. Le pipeline de 7,9 milliards de dollars porterait du brut des sables bitumineux du nord de l'Alberta vers les côtes de la Colombie-Britannique.

Le gouvernement Harper a donné le feu vert au projet après une commission d'examen conjoint de l'Office national de l'énergie, sous réserve de respecter 209 conditions.

Cependant, en juin 2016, la Cour fédérale a conclu qu'Ottawa avait omis de consulter adéquatement les membres des Premières Nations touchées par la proposition.

Le président de Northern Gateway, John Carruthers, a déclaré que la compagnie ne ferait pas appel de la décision, mais qu'elle reste déterminée à mener à bien le projet.

Plus d'articles