L'entreprise énergétique Enbridge supprime 5 % de ses postes au Canada et aux États-Unis. Cinq cent personnes perdront leurs emplois et 100 postes qui n'étaient pas comblés sont supprimés.

« Même si Enbridge est plus résiliente aux fluctuations des prix de l'énergie que d'autres entreprises, nous ne sommes pas immunisés », a indiqué Graham White, le responsable des communications pour Enbridge.

« Nous posons ces gestes pour rester compétitifs et nous assurer que nous répondons aux demandes de nos actionnaires pour assurer de bonnes fondations pour le futur ».

Enbridge indique que les compressions ne sont aucunement liées à la demande du premier ministre Justin Trudeau vendredi d'un moratoire sur le trafic pétrolier dans le nord de la Colombie-Britannique. Justin Trudeau a formulé cette demande dans une lettre de mandat adressée à son ministre des Transports, Marc Garneau.

La demande de Justin Trudeau vient mettre en doute le projet du pipeline Northern Gateway, cet oléoduc controversé d'Enbridge qui fait l'objet de vifs débats depuis des années et qui doit acheminer du pétrole brut des sables bitumineux de l'Alberta vers Kitimat, en Colombie-Britannique, pour ensuite être transporté par bateau vers les marchés asiatiques.

« Les compressions seront faites un peu partout à travers l'entreprise au Canada et aux États-Unis et n'ont rien à voir avec l'annonce du gouvernement vendredi. Toutes ces décisions ont été prises avant vendredi et Northern Gateway n'est pas touché par les compressions », a indiqué l'entreprise par communiqué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine