Retour

Enceinte et mariée à un Canadien, mais pas couverte par la RAMQ

À quatre mois de son accouchement, Liang Zhong ne sera pas couverte par la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ). Elle et son époux, Jason Lizotte, sont mariés depuis deux ans. Ils attendent un bébé pour le mois d'août.

Un texte d'Azeb Wolde-Giorghis

Mais depuis plus d'un mois, ils vivent dans l'inquiétude, car la carte d'assurance maladie de Liang ne sera pas renouvelée.

À quatre mois de l'accouchement, la jeune femme de 30 ans, d'origine chinoise, vit dans un stress permanent.

En Ontario, elle avait la carte santé. En déménageant au Québec, la Régie de l'assurance maladie lui a remis une carte soleil qui expire au mois de mai.

Liang ne peut être couverte par la RAMQ, car elle a un permis de travail ouvert.

« On était en train d'acheter une maison, mais on a dû tout annuler, pour garder tout notre argent pour payer l'accouchement », affirme Jason Lizotte.

Pour l'accouchement, le couple doit faire un dépôt de 12 000 $. La RAMQ ne couvrirait pas les frais, car le nouveau permis de travail de Liang ne la qualifierait pas pour une carte d'assurance maladie.

Liang Zhong vit au Canada depuis 2008. Elle a étudié la comptabilité à l'Université Brock, en Ontario. C'est en donnant des cours de mandarin qu'elle a rencontré Jason. Ils se sont mariés en septembre 2014.

Parrainée par son mari, elle attend aujourd'hui d'avoir sa résidence permanente. Ils ont déménagé au Québec il y a deux ans, et tous les deux travaillent à temps plein.

Différent en Ontario

« En Ontario, peu importe le permis de travail si tu es légal pour travailler, et tu es légal au Canada, vous avez une carte santé », explique M. Lizotte.

Au Québec, les politiques de la RAMQ diffèrent : certains permis de travail ne sont pas couverts par l'assurance maladie du Québec.

La Régie de l'assurance maladie du Québec a préféré ne pas commenter des cas spécifiques, mais affirme qu'elle ne couvre pas tous les permis de travail.

L'association médicale Médecins du monde estime qu'environ 300 femmes enceintes sont vues chaque année au Québec à la clinique destinée aux migrants à statut précaire.

En attendant, Jason Lizotte compte bien mener la bataille devant les tribunaux, affirmant que cette politique au Québec contrevient à la Loi canadienne sur la santé.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine