Encore une fois, le détaillant La Baie a des démêlés avec la justice. L'entreprise est accusée d'avoir gonflé indûment le prix de certains de ses articles.

Un texte de Melissa Pelletier et François Sanche, de La facture

On apprenait en février que La Baie, un des magasins les plus vieux et les plus reconnus, était poursuivi par le Bureau de la concurrence pour avoir vendu au rabais des matelas sur une longue période.

Ce n’est pas d’hier que La Baie a des problèmes avec la justice à cause de cette pratique. En 1998, La facture avait fait le même constat.

Notre enquête avait démontré que certains ensembles de matelas ne se vendaient pratiquement jamais au prix courant, mais seulement en solde. Et que le solde correspondait au prix courant des concurrents.

Par exemple, un ensemble de matelas de marque Sealy, vendu au prix courant de 1765 $, se vendait au prix plus réaliste de 810 $ lorsqu'il était réduit de 55 %.

Des soldes trompeurs et illégaux

La loi sur la concurrence interdit de vendre des articles en rabais sur une longue période.

Et il est obligatoire qu’une certaine quantité de matelas soit offerte à prix courant pendant une longue période avant qu’un détaillant puisse les offrir en promotion. La loi exige que le rabais soit appliqué sur un prix réel, qui correspond au prix courant.

Sinon, le consommateur croit avoir une offre avantageuse, alors que ce n’est pas le cas.

En 1998, La Baie a payé une amende de 600 000 $ pour avoir offert des soldes trompeurs pour des bicyclettes. Le prix courant sur lequel le rabais était appliqué n’était pas un prix réel.

Encore aujourd’hui?

Près de 20 ans plus tard, nous sommes retournés à La Baie pour vérifier si la compagnie faisait encore de faux soldes.

Comme il est impossible d’avoir accès aux chiffres internes du détaillant, nous avons interrogé les vendeurs. Filmé à son insu, un vendeur a déclaré qu’il était très rare qu’ils vendent des matelas au prix courant.

Si ce que ce vendeur affirme est vrai, La Baie contrevient à la loi.

La Baie a refusé de nous accorder une entrevue. Toutefois, elle répond que les prix de vente de ses matelas sont des prix courants, et qu’elle va se défendre contre les allégations du Bureau de la concurrence. La Baie fait face à une amende potentielle de 10 millions de dollars.

Dans un document déposé la semaine dernière au Tribunal de la concurrence, La Baie fait valoir qu’elle n’a d’autre choix que de faire comme ses concurrents.

Le détaillant révèle qu’il détient 4 % du marché du matelas et qu’à ce titre il n’est qu’un petit joueur. La pénalité possible de 10 millions pourrait lui faire mal.

Pour le directeur du Département de marketing de l’Université de Sherbrooke, Jean Roy, la tactique du faux rabais marche toujours bien. « Il y a encore un grand nombre de consommateurs qui n’ont pas encore compris cette technique de marketing, qui est de hausser le prix pour donner une apparence de rabais ».

Une pratique payante

La Baie n’est pas le seul commerçant à utiliser cette pratique trompeuse. Plusieurs autres commerçants tels qu’Amazon et Bell ont été sanctionnés. « J’aime bien dire que le marché est intelligent; si ça fonctionne, les gens vont continuer de le faire », souligne Jean Roy.

Si La Baie continue cette stratégie, c’est parce que c’est payant, selon le professeur Roy. « C’est clair que leur pain et leur beurre sont faits avec les rabais qui amènent les consommateurs ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine