Retour

Enquête judiciaire sur l'atterrissage forcé d'un A380 d'Air France au Labrador

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui relativement à l'atterrissage forcé d'un Airbus A380 d'Air France à Goose Bay, au Labrador, le 30 septembre dernier, révèle jeudi l'hebdomadaire français Le Point.

L'appareil, qui se dirigeait vers Los Angeles avec 521 passagers et membre d'équipage à bord, avait dû se poser d'urgence après avoir perdu une partie d'un de ses réacteurs en plein vol, au-dessus du Groenland. Personne n'avait été blessé en bout de piste, malgré d'intenses moments d'angoisse.

Selon le magazine français, l'enquête du parquet de Paris a été ouverte après qu'un groupe de 11 passagers eut déposé une plainte collective à la mi-décembre. Elle a été confiée aux militaires de la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens.

Selon les premières constations du Bureau d'enquêtes et d'analyses, responsable des enquêtes de sécurité dans l'aviation civile, il appert que l'incident s'est produit lorsque « la soufflante, premier élément tournant à l'avant du moteur, s'est détachée en vol, entraînant avec elle la perte de l'entrée d'air ».

Le Point indique que les données de l'enregistreur de paramètres de vol ont permis de « délimiter une zone de recherche des éléments qui se sont détachés ». Ces derniers ont ainsi pu être récupérés dans une « zone désertique, couverte de glace, localisée à environ 150 kilomètres au sud-est de la ville de Paamiut », sur la côte ouest du Groenland.

Il revient maintenant à la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens de déterminer pourquoi cela s'est produit.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine