Retour

Enquête sur Costco pour des paiements reçus d'un fabricant de médicaments

L'Équipe de vérification judiciaire (ÉVJ) du gouvernement ontarien enquête sur des versements faits par un fabricant de médicaments à la pharmacie de Costco.

Le géant du commerce au détail aurait potentiellement reçu 1,2 million de dollars en paiements illégaux de la part du manufacturier de médicaments génériques Ranbaxy, selon ce qu'ont appris les journalistes de l'émission The Fifth Estate à CBC.

L'EVJ se spécialise dans les « allégations de méfait contre le gouvernement », selon son chef.

Ces révélations font surface alors que deux gestionnaires de la compagnie ont plaidé coupables à des accusations d'inconduite professionnelle devant l'Ordre des pharmaciens de l'Ontario.

L'Ordre reprochait à Joseph Hanna et Lawrence Varga d'avoir exigé des paiements illégaux de la part du fabricant Ranbaxy Pharmaceuticals.

Les deux pharmaciens ont dû payer une amende de 20 000 $ en plus d'avoir à rembourser 30 000 $ en frais.

Au moment de la décision, en janvier 2018, Costco avait déjà reçu 1,2 million de dollars en versements potentiellement illégaux. La compagnie n'a pas eu à rembourser cet argent.

C'est un ancien vendeur de Ranbaxy, Tony Gagliese, qui a sonné l'alarme en déposant une plainte contre Costco devant l'Ordre des pharmaciens de l'Ontario.

Des « pots-de-vin »

Ces allégations rappellent une pratique questionnable des pharmaciens qui consiste à encaisser des commissions que les fabricants de médicaments leur versent pour obtenir un bon placement sur les tablettes.

La plupart des provinces canadiennes tolèrent ces commissions, mais l'Ontario les a toutefois rendues illégales en 2013 dans un effort pour réduire le prix des médicaments génériques.

« Vous dites commission. Je préfère appeler ça des pots-de-vin », dit Amir Attaran, professeur de médecine et de droit à l'Université d'Ottawa.

La province avait fait valoir que les fabricants de médicaments génériques pourraient diminuer le prix qu'elle offre aux patients si les pharmaciens cessaient d'exiger des commissions.

Les Canadiens sont parmi ceux qui paient le plus cher au monde pour les médicaments génériques. Les dépenses pour l'an dernier sont estimées à 6 milliards de dollars.

La Cour suprême valide la loi

Plusieurs joueurs de l'industrie ont tenté de renverser la loi ontarienne devant la Cour suprême du Canada.

La plus haute instance du pays a toutefois validé la loi en 2013, tout en qualifiant les commissions de « problème tenace ».

L'Équipe de vérification judiciaire du gouvernement a lancé son enquête sur les pratiques de Costco l'automne dernier.

Cette équipe mène des enquêtes civiles et transmet ses conclusions aux autorités qui peuvent ensuite ouvrir des enquêtes criminelles.

Les paiements ont cessé

Le PDG de Costco, Craig Jelinek, et la dirigeante de la compagnie au Canada, Andrée Brien, ont tous deux refusé d'accorder des entrevues.

Dans une déclaration écrite, Andrée Brien affirme qu'elle ignorait que les versements étaient illégaux au moment des faits.

Selon elle, les paiements ont cessé à la suite d'une enquête interne.

Elle fait aussi valoir que cette pratique a été bénéfique pour les consommateurs puisqu'elle a permis à Costco de réduire ses prix.

Selon Costco, les paiements ne constituaient pas des commissions puisque la compagnie utilisait l'argent pour faire du « soutien marketing ».

En Ontario, le détaillant demandait à Ranbaxi de faire les versements en investissant dans ce que Costco appelait son « programme de publicité et d'éducation des consommateurs ».

Dans sa réponse, Andrée Brien souligne que dans sa décision, l'Ordre des pharmaciens de l'Ontario a écrit que les employés de Costco menaient leurs activités dans un environnement légal qui manquait de clarté.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine