Retour

Enquête sur les femmes autochtones : des organismes critiquent le manque de progrès

Des organismes britanno-colombiens déplorent la lente progression de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Des membres de la Coalition sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, qui regroupe une vingtaine d’organismes, dont des groupes de femmes et des groupes anti-pauvreté, ont critiqué la lenteur des procédures lundi en conférence de presse à Vancouver.

La membre fondatrice du réseau pour les femmes autochtones Aboriginal Women Action Network, Fay Blaney, soutient que les fonctionnaires du gouvernement n’en font pas assez pour identifier les familles des victimes et communiquer avec elles.

Seulement 90 des 1200 cas enregistrés

En mars dernier, la porte-parole de l’enquête Sue Montgomery a confirmé que seulement 90 cas avaient été enregistrés dans la banque des données sur les victimes.

Les données de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) estiment qu’il y a plus de 1200 cas de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées au pays entre 1980 et 2012.

Mme Blaney ajoute qu’il existe beaucoup de confusion concernant le délai pour s’inscrire à faire partie de l’enquête.

Les membres de la Coalition réclament une meilleure communication entre les fonctionnaires de l’enquête, les familles des victimes et le gouvernement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine