Retour

Enquête sur les femmes autochtones : Michèle Moreau démissionne

La directrice générale de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA), Michèle Moreau, a démissionné vendredi en invoquant des « raisons personnelles ».

La nouvelle a été confirmée sur la page Facebook officielle de l'ENFFADA ainsi que sur Twitter.

« C'est avec des émotions partagées que je vous informe que j'ai démissionné de l'Enquête nationale, annonce la directrice générale. Pour des raisons personnelles, j'ai choisi de retourner chez moi, à Montréal, auprès de ma famille. »

L'équipe de l'Enquête nationale indique être « reconnaissante pour les formidables contributions » de Mme Moreau qui quittera officiellement ses fonctions le 21 juillet.

Avocate de formation, Michèle Moreau a fondé l'organisme Pro Bono Québec et le Centre de justice de proximité du Grand Montréal.

L'ENFFADA a débuté ses travaux en septembre 2016 et a essuyé au printemps dernier plusieurs critiques quant à la lenteur de ses consultations. Whitehorse a été le premier arrêt des cinq commissaires chargés de faire la lumière sur les causes de la violence faite aux femmes autochtones au Canada.

La démission de Michèle Moreau suit celle de Tanya Kappo, l'une des fondatrices du mouvement Idle No More, qui était chargée de gérer les relations avec les communautés autochtones. Plus tôt ce mois-ci, on apprenait aussi le départ de la directrice des opérations, Chantale Courcy. La directrice des communications de L'ENFFADA, Bernée Bolton, avait indiqué à Radio-Canada que Chantale Courcy, ex-fonctionnaire fédérale, avait « accepté une promotion du gouvernement fédéral le 12 juin ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine