Retour

Équateur : branle-bas de combat à la Croix-Rouge canadienne

Le séisme de 7,8, qui a fait des centaines de morts en Équateur, a sonné le branle-bas de combat à la Croix-Rouge canadienne.

« Le tremblement de terre a secoué une région située près de la capitale, Quito, une zone densément peuplée », a déclaré le vice-président aux Opérations internationales de la Croix-Rouge canadienne, Hossam Elsharkawi, par voie de communiqué. « Les efforts doivent se consacrer en priorité à l'hébergement, aux soins de santé et à l'approvisionnement en eau. »

« Des centaines de bénévoles locaux de la Croix-Rouge équatorienne prodiguent les premiers soins, soutiennent les efforts de recherche et de sauvetage et procèdent à des évaluations afin d'identifier rapidement les besoins qui nécessiteront une aide supplémentaire », poursuit M. Elsharkawi.

« À la suite du rapport sur les besoins immédiats, la Croix-Rouge est prête à aider, à mobiliser des travailleurs humanitaires ou des hôpitaux de campagne », a déclaré la directrice des activités internationales de la Croix-Rouge canadienne, Ginette Archambault, en entrevue à ICI RDI.

La Croix-Rouge a également lancé une opération pour solliciter la générosité des Canadiens et récolter de l'argent pour venir en aide aux sinistrés de l'Équateur. « La meilleure façon d'aider c'est par des dons en argent », explique Mme Archambault. La Croix-Rouge n'enverra donc pas de dons matériels en Équateur.

« On travaille en collaboration avec la Croix-Rouge de l'Équateur et les sociétés proches de l'Équateur », poursuit la directrice du volet activités internationales de l'organisme canadien. Elle poursuit que le Pérou et le Panama sont deux pays voisins à partir desquels il est possible d'organiser l'envoi d'aide humanitaire.

Plus d'articles

Commentaires