Retour

Équipe Canada élimine les Américains à la Coupe du monde

TORONTO - Deux buts de Matt Duchene ont coulé l'équipe américaine, qui n'avait pas le choix de gagner son duel contre le Canada, mardi, pour éviter l'élimination à la Coupe du monde de hockey. Après un gain de 4-2, la troupe de Mike Babcock accède aux demi-finales, mais pas celle de John Tortorella.

Un texte de Jean-Patrick Balleux

Ryan McDonagh avait pourtant permis aux siens de bien entamer la rencontre. Il a saisi un retour payant devant Carey Price, jetant une douche froide dans le Centre Air Canada. Le match n'était vieux que de 4 minutes et 22 secondes.

« On s'attendait à un gros départ (des Américains). Notre réponse leur a coupé les jambes. On est allé chercher le momentum et la foule par la suite. Ça nous a aidés à relaxer et à jouer notre match », a confié Patrice Bergeron.

Et la réponse est survenue rapidement. Duchene, d'un retour du revers sur un lancer de Marc-Édouard Vlasic, a égalisé la marque une minute et demie plus tard. 

Quatorze secondes après, le Canada a doublé sa récolte. Corey Perry, avouons-le, un peu dans la bulle du gardien Jonathan Quick, a redirigé un tir de Logan Couture. L'entraîneur américain a demandé la reprise vidéo, mais les officiels ont maintenu leur décision.

À la 12e minute, Duchene a profité d'un revirement créé par Max Pacioretty pour se retrouver fin seul devant Quick. Une feinte plus tard, il réussissait son deuxième but de la soirée... qui était (encore) jeune!

« Un sentiment terrible. J'espère avoir une autre chance de représenter mon pays à un tournoi international, a dit Pacioretty. Le Canada est la meilleure équipe du monde. Nous avions besoin d'être à notre sommet pour battre cette équipe. Ça n'a pas été le cas. »

Vers la fin de la période, le Canada a profité d'un avantage numérique créé par Justin Abdelkader, puni pour avoir bousculé Price dans son filet. Les amateurs du Canadien en ont eu le souffle coupé. Un ligament ou un genou est si vite bousillé.

La supériorité numérique n'a duré que quelques secondes. Perry a péché d'indiscipline dans le coin de la patinoire en faisant trébucher son adversaire.

La période a pris fin à 4 contre 4.

Fin de match plus tranquille

En deuxième période, Tavares a fait la plus belle démonstration de son talent. Son jeu de mains avec la rondelle s'est transformé en but pour Patrice Bergeron. Avec l'aide des patins de McDonagh, le disque s'est retrouvé dans le fond du filet. C'était 4-1 pour les hommes de Mike Babcock.

En dernière période, les Américains n'étaient plus dans le coup. Que Pacioretty soit au cachot ou non (et il y est allé une fois), son équipe paraissait la plupart du temps désorganisée et sans âme. Comme si nos voisins du Sud avaient joué à quatre toute la période! T.J. Oshie a marqué en fin de match, mais il était trop tard.

Malgré trois buts en première période, Vlasic a assuré que le match du Canada n'était pas facile pour autant. « Peut-être que ça avait l'air facile, mais non, pas quand tu joues contre les meilleurs. On a joué en équipe et ça a marché. »

Babcock, de son côté, a vanté les mérites de la composition de son équipe plutôt que son système de jeu. « Je pense qu'on se perd des fois dans les structures et les systèmes de jeu. J'avais le même système et on (les Maple Leafs de Toronto) a fini dernier. J'étais le pire entraîneur dans la LNH, si vous vous souvenez. »

John Tortorella a refusé de jeter le blâme sur un manque de talent dans sa formation. « Je crois que nous avons des joueurs talentueux et nous pouvons jouer de plusieurs façons différentes avec cette équipe. »

Après un signal envoyé avec une victoire contre le Canada dans le premier match préparatoire, les Américains n'ont plus retrouvé la formule magique.

Un troisième match entre demi-finalistes

Mercredi soir, l'équipe canadienne affrontera l'Équipe Europe, aussi qualifiée pour les demi-finales. La République tchèque et les États-Unis devront oublier le prochain tour. L'enjeu de ce match sera de savoir qui prendra les positions 1 et 2 du groupe A. Un enjeu capital pour le croisement des clubs dans la suite du tournoi.

Babcock a confirmé que Corey Crawford obtiendra le départ, alors que Braden Holtby sera son adjoint. Price, lui, profitera d'un congé.

La flèche de Kessel

Après la rencontre, l'attaquant américain Phil Kessel s'est permis d'envoyer sur Twitter une flèche à peine voilée à la direction de l'équipe américaine.

« Je suis à la maison tranquille avec mon chien ce soir. J'ai l'impression que je devais faire quelque chose d'important, mais je ne peux pas mettre mon doigt dessus. »

Kessel, qui a été le meilleur marqueur des Penguins de Pittsburgh dans leur conquête de la Coupe Stanley au printemps dernier, n'a pas été invité par Dean Lombardi.

Kessel, Bobby Ryan, Tyler Johnson et Kyle Okposo ne font pas partie de l'équipe américaine à la Coupe du monde.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine