Retour

Équiterre presse Québec d'interdire l'atrazine, un herbicide banni en Europe

Le groupe environnemental Équiterre a lancé dimanche une pétition exhortant le gouvernement à bannir l'atrazine, l'un des herbicides les plus utilisés au Québec, principalement dans les champs de maïs et de canola.

Classé comme un cancérogène potentiel, l'atrazine est présentement réévalué par Santé Canada. Cette molécule synthétique a été bannie par l'Union européenne en 2003, afin de prévenir la contamination des eaux souterraines.

Selon le directeur général d'Équiterre, Steven Ribaux, « le gouvernement du Québec a le devoir de protéger la santé de la population et doit interdire sans délai ce dangereux herbicide ».

Le plus récent rapport d'échantillonnage des cours d'eau des régions agricoles du Québec, publié par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, indique que l'atrazine est un des pesticides les plus fréquemment détectés dans les eaux de surface au Québec : on le retrouve dans 98 % des échantillons.

« L'atrazine est reconnue comme un perturbateur endocrinien, c'est-à-dire qu'elle peut agir sur l'équilibre hormonal d'un être vivant, et donc potentiellement sur la croissance, le développement ou la reproduction, par exemple », indique Monique Boily, professeure associée au département des sciences biologiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

« Une étude dirigée en 2010 par un chercheur de l'Université de Berkeley a révélé que suite à une exposition à l'atrazine, 10 % des [grenouilles] mâles démontraient des caractéristiques sexuelles femelles et que 75 % devenaient stériles. C'est très inquiétant », conclut-elle.

Toutefois, les données épidémiologiques quant aux effets de l'atrazine sur la reproduction et le développement des humains sont encore insuffisantes pour tirer de telles conclusions en ce qui a trait à la santé humaine.

La pétition lancée par Équiterre, visant à bannir la vente et l'usage de ce produit chimique, compte déjà près de 3000 signatures.

Plus d'articles

Commentaires