Retour

Erdogan accuse l'Occident de soutenir l'État islamique

Le président turc Recep Tayyip Erdogan accuse l'Occident de soutenir des organisations terroristes, dont le groupe armée État islamique (EI), en Syrie.

Les pays occidentaux « soutiennent tous les groupes terroristes, les Unités de protection du peuple (YPG), le Parti de l’Union démocratique (PYD), mais aussi Daech. C'est parfaitement évident », a-t-il soutenu.

Le chef d’État turc a fait cette déclaration alors qu’il recevait son homologue guinéen, Alpha Condé, qui était de passage à Ankara, la capitale de la Turquie.

Recep Tayyip Erdogan a précisé que la communauté internationale avait indirectement laissé tomber la Syrie en préférant donner son appui aux séparatistes kurdes et à Daech, plutôt qu’à la Turquie qui combat depuis plusieurs mois les insurgés en sol syrien.

Les forces de la coalition ne tiennent malheureusement pas leurs promesses.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan

La Turquie s’est engagée, au cours des dernières semaines, dans des combats visant à reprendre la ville syrienne d’Al-Bab, un bastion stratégique sous l’emprise de l'EI.

Le président Erdogan a défendu les efforts de l’armée turque, qui essuie de lourdes pertes depuis les débuts des affrontements, en promettant « de poursuivre la route avec détermination », malgré le manque de soutien des pays de la coalition internationale.

Ce n’est pas la première fois que Recep Tayyip Erdogan formule de telles accusations à l’encontre des pays occidentaux. En novembre dernier, alors qu’il effectuait une visite au Pakistan, il a déclaré que l’Occident « se tenait aux côtés de Daech » et que les armes des terroristes étaient fabriquées par les grandes puissances mondiales.

Le président turc a affirmé qu’il disposait de preuves pour soutenir ses plus récentes allégations.

Recep Tayyip Erdogan a ajouté qu’il comptait travailler avec la Russie pour assurer la tenue d’une rencontre avec les parties en conflit en Syrie.

Il a précisé qu’il espérait que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis participent à cette réunion, qui devrait avoir lieu au Kazakhstan en janvier prochain. Il a insisté sur le fait que les« groupes terroristes » n’y étaient pas admis.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine