Retour

Éthique : le gouvernement Couillard appuie Pierre Paradis

Le gouvernement Couillard rejette le rapport de la commissaire à l'éthique et à la déontologie qui recommande d'imposer une sanction financière à l'ex-ministre libéral, Pierre Paradis.

La commissaire Ariane Mignolet reproche au député de Brome-Missisquoi une utilisation inadéquate des fonds publics et recommande qu'il rembourse près de 24 500 dollars.

Dans son rapport, Mme Mignolet établit que Pierre Paradis a contrevenu à trois articles du Code des membres de l’Assemblée nationale en faisant bénéficier des membres de sa famille de son allocation de logement de député.

La commissaire conclut que les agissements du député et son « utilisation irrégulière » des fonds publics ne sont pas « de nature à susciter la confiance de la population envers les députés et l’Assemblée nationale », et explique ainsi sa décision de recommander une sanction sévère.

Mais le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, dit s'appuyer sur un avis juridique externe pour rejeter le rapport de la commissaire Mignolet et ses recommandations.

L'avis, produit par le cabinet Deblois Avocats, affirme identifier plusieurs lacunes et conclut : « Comment, en toute justice et équité pour le député Pierre Paradis, l'Assemblée nationale pourrait-elle accepter le rapport dans son intégralité? »

Le leader du gouvernement, Jean-Marc Fournier, a repris les conclusions de l'avis au profit du gouvernement.

La colère de l'opposition

Le chef du Parti québécois Jean-François Lisée a pour sa part critiqué le Parti libéral du Québec.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault a pour sa part interpellé le premier ministre Couillard. « Est-ce que Philippe Couillard a toujours confiance en madame Mignolet? Est-ce qu’il va la démettre de ses fonctions? Qu’est-ce qui se passe avec elle, c’est grave. »

Les élus doivent voter sur le rapport de la commissaire à l'éthique jeudi.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité