Retour

Être éducateur en foyer de groupe, ça ressemble à quoi?

À mi-chemin entre les familles d'accueil et les unités plus encadrées des centres de réadaptation, les foyers de groupe sont des structures intégrées dans la communauté où l'on travaille avec des adolescents. Visite en deux parties.

Un reportage de Akli Ait-Abdallah

La semaine dernière, nous vous emmenions dans les murs d'un foyer de groupe des Centres jeunesse de Montréal pour vous faire entendre les voix et les mots d'une bande de filles âgées de 12 à 17 ans, placées là en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse.

Cette semaine, nous partons à la rencontre des éducateurs d'un foyer de groupe, ceux-là mêmes qui préparent ces jeunes en souffrance à un jour voler de leurs propres ailes et qui les accompagnent, des années durant, dans le difficile voyage de l'enfance fragile à la majorité solide.

Au foyer, le secret est dans l'équipe. Benoît, sexologue de formation, est arrivé ici il y a deux ans. Écoutez l'extrait ci-dessous.

À chacune son histoire. Les neuf jeunes pensionnaires ont la leur, unique, particulière.

C'est l'histoire d'enfants qui ont été abandonnés ou victimes de négligence grave, voire de mauvais traitements psychologiques, d'abus physiques ou sexuels. C'est l'histoire d'enfants dont la souffrance se mue parfois en révolte contre les adultes. Et il n'est pas rare, expliquent Jacinthe Levesque et Marie-Michelle Giguère, que les éducateurs soient pris pour cible. Écoutez l'extrait ci-dessous.

La vie, malgré tout

Mais n'allez pas croire qu'au foyer, tout n'est que cris et châtiments. Au contraire. Entre deux crises qu'il faut gérer, analyser et résoudre, il y a la vie, le jour qui se lève et le plaisir de vivre ensemble. Jacinthe Levesque est intervenante en centre jeunesse depuis 28 ans. Écoutez l'extrait ci-dessous.

Bon temps, mauvais temps, tout ça finit à 18 ans, l'âge auquel il faut justement quitter le nid. C'est ainsi.

À leur majorité, les jeunes des centres jeunesse et des foyers de groupe sont poussés au dehors de structures qui ont pendant des années pris le relais de la famille. Des liens qui se sont créés, il va rester des amitiés qui vont « défier » les règlements. Marie-Michelle Giguère, intervenante depuis neuf ans. Écoutez l'extrait ci-dessous.

À écouter aussi :

Le reportage du 3 avril, dans lequel Akli Aït Abdallah nous faisait entendre des jeunes filles âgées de 12 à 17 ans placées dans un foyer de groupe. Réécoutez le reportage ci-dessous.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine