Retour

Fausse attaque contre une élève portant un hijab : le TDSB renvoie la balle aux médias

Le Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) se défend d'avoir paradé devant les caméras, vendredi dernier, une jeune élève qui alléguait qu'un homme avait coupé son hijab sur le chemin de l'école.

Or, la police a révélé, lundi, que l’agression ne s’était « jamais produite », selon son enquête.

L’histoire avait fait les manchettes un partout dans le monde la semaine dernière et avait mené à une série de dénonciations, y compris du premier ministre Justin Trudeau.

Le TDSB nie avoir organisé un point de presse à l’école Pauline Johnson, vendredi dernier. Le Conseil dit que les médias présents à l’extérieur de l’établissement ont été conviés à l’intérieur de la bibliothèque « à cause du mauvais temps ».

L’adolescente et sa mère ont alors pris la parole devant les journalistes, en compagnie de porte-parole du Conseil et de la police.

Le Conseil n’explique pas, toutefois, dans son communiqué pourquoi la famille ne pouvait pas simplement être raccompagnée à la maison en catimini.

Motivation

Le TDSB ajoute qu’il « croyait » au moment de la disponibilité média que la famille avait déjà été interrogée par la police.

« Notre motivation à l’époque était de faire preuve de compassion et de montrer notre préoccupation et appui [par rapport aux événements allégués], comme ça a été le cas pour de nombreux politiciens au pays (…). »

Aucune accusation ne sera déposée contre l’élève, indique la police, qui a clos son enquête.

Plus d'articles