Quand l'industrie alimentaire a cherché à remplacer les gras trans néfastes pour la santé, elle s'est tournée, entre autres, vers l'huile de palme. Sa propriété d'être presque solide à température ambiante la rend très utile, mais est-ce vraiment un meilleur gras pour la santé?

Un texte de Denis Gagné à L'épicerie

L'huile de palme est l'huile la plus consommée du monde. On l'obtient en pressant la pulpe du fruit d'une variété de palmier qui pousse en Afrique et en Malaisie. L'huile de palmiste est quant à elle obtenue en pressant le noyau du même fruit.

À l'état naturel, elle est d'une couleur orangée et a des propriétés très importantes pour la population locale. Elle est très riche en antioxydants et en vitamine A, qui prévient la cécité.

« La vitamine A joue un rôle important dans l'immunité, pour la croissance et pour la vision. Ce produit est la source la plus riche de vitamines A du règne végétal », précise la professeure émérite en nutrition à l'Université de Montréal, Hélène Delisle.

Une huile très saturée

Une fois raffinée, l'huile de palme devient blanche et invisible, ce qui la rend très utile pour l'intégrer dans les aliments.

Le problème, c'est qu'en étant raffinée, elle perd ses qualités nutritionnelles et contient 50 % de gras saturés, ce qui est semblable au beurre.

L'huile de palme modifiée, dont on ne conserve que la partie solide du gras par un procédé chimique, a quant à elle 75 % de gras saturés. L'huile de palmiste atteint quant à elle la barre des 80 %.

Une étude récente, publiée dans Nutrition Research Reviews, suggère tout de même que les gras saturés d'origine végétale sont moins dommageables que ceux d'origine animale.

« Sans huile de palme »

En Europe, plusieurs produits sur lesquels le principal argument de vente est qu'ils sont « sans huile de palme » apparaissent sur le marché.

La professeure émérite explique que l'huile de palme a mauvaise presse en raison de sa grande quantité de gras saturé, ce qui l'associe à un produit mauvais pour la santé.

L'opposition au produit est aussi grandement liée à ses répercussions sur l'environnement. « On parle beaucoup des grandes plantations de palmiers en Malaisie, par exemple, qui détruisent les sols et qui déplacent les cultures vivrières pour l'exportation », explique Mme Delisle.

Alors, soyez vigilants et vérifiez les listes d'ingrédients. Vous serez surpris de voir combien de gâteaux, biscuits, bonbons, maïs soufflé, tartinades et condiments en contiennent.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine