Retour

Femmes autochtones : l'Enquête nationale a besoin de plus de temps et d'argent

Critiquée depuis ses débuts, l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) a besoin de temps additionnel et de financement supplémentaire du gouvernement fédéral, ont plaidé mercredi les commissaires.

« Nous avons besoin de suffisamment de temps pour faire le travail correctement », a souligné la commissaire en chef Marion Buller, qui faisait une mise à jour intermédiaire sur les avancées réalisées jusqu'à maintenant, lors d'un point de presse à Ottawa.

Les commissaires n'ont cependant pas spécifié combien de temps ou d'argent ils auront besoin pour accomplir cette tâche.

La commissaire Michèle Audette avait néanmoins déjà évoqué une prolongation de deux ans de l'enquête.

Une escouade policière

Dans leur rapport, les commissaires proposent en outre la mise sur pied d'une escouade policière nationale vers laquelle la Commission pourrait diriger les femmes afin de rouvrir des dossiers ou d’examiner des enquêtes.

L'ENFFADA avait toutefois déjà prévenu les familles de ne pas s'attendre à ce qu'elle permette d'ouvrir de nouvelles enquêtes sur des dossiers individuels, ou d'attribuer la responsabilité d'une enquête bâclée.

Plombée par des problèmes de personnel à l'interne, l'enquête fait également l'objet de critiques persistantes de la part de familles depuis ses débuts en décembre 2016. « Nous consacrons beaucoup d’efforts à régler nos problèmes opérationnels et de communications », peut-on lire dans le rapport.

Questionnée à ce sujet lors du point de presse mercredi, la commissaire en chef Marion Buller a affirmé que si l'enquête était à refaire, elle ne ferait rien différemment.

Le mandat de l'enquête est d'examiner les causes systémiques de la violence contre les femmes et les filles autochtones au Canada en explorant les tendances et les facteurs sous-jacents.

Elle est censée mener ses activités de manière indépendante du gouvernement fédéral et des gouvernements des provinces et des territoires.

Environ un tiers du budget de 53,8 millions de dollars sur deux ans dégagé par le gouvernement fédéral a été dépensé, ont affirmé les commissaires.

L'ENFFADA aura entendu d'ici la fin de la semaine 320 témoins, sur environ 900 personnes enregistrées.

Un rapport final doit être complété d'ici le 1er novembre 2018.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine