Retour

Femmes autochtones : la Commission des droits de la personne interpellée

En entrevue à 24/60, la vice-présidente de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse, Renée Dupuis, dit que la commission est interpellée par la question de la discrimination envers les femmes autochtones à Val-d'Or.

« La question des relations entre la Sûreté du Québec et les femmes autochtones, que ce soit à Val-d'Or ou dans d'autres villes, en dehors des communautés auxquelles elles appartiennent, c'est d'abord et avant tout une question de sécurité publique. Et ça, c'est une question qui est de compétence provinciale », dit Mme Dupuis.

Les allégations entendues lors du reportage d'Enquête « sont extrêmement sérieuses », poursuit-elle. « Elles sont sérieuses non seulement pour chacune des femmes qui sont concernées par ces situations, mais aussi pour l'ensemble du groupe des femmes autochtones. »

La commission est directement responsable, dans son mandat, d'analyser, d'enquêter, sur toutes les questions de discrimination ou de harcèlement discriminatoire, c'est-à-dire quelqu'un qui est traité différemment soit parce que, dans ce cas-ci, elle est une femme, une femme autochtone.

Pour Mme Dupuis, il est important d'examiner comment les responsables de la sécurité publique traitent non seulement les femmes comme individus, mais aussi comme groupe, et comment l'ensemble des femmes autochtones sont traitées quand elles sont en dehors de leur communauté.

Plus d'articles

Commentaires