Retour

Femmes cheffes d’orchestre : changer les mentalités une note à la fois

Même si elles sont encore minoritaires face aux hommes, de plus en plus de femmes dirigent des orchestres, révolutionnant le milieu de la musique à petits pas.

Véronique Lussier est cheffe d'orchestre et directrice artistique à Longueuil depuis quelques mois seulement. Un rêve qu’elle entretient depuis sa tendre enfance.

« J'ai débuté très tôt la musique en suivant des cours de piano et de violon, raconte-t-elle. J’ai fait de la chorale au secondaire et participé à plusieurs camps musicaux. Ensuite, j’ai poursuivi des études universitaires en musique, en direction de chorale, et je viens de compléter un doctorat en direction d'orchestre. »

La trentenaire se dit chanceuse de faire partie d'une génération où les femmes ont de plus en plus de place. Selon elle, il s’agit d’une véritable « évolution de la société ».

Même réflexion du côté de Véronique Lacroix, qui exerce le métier de cheffe d’orchestre depuis 30 ans. « À l'époque, quand je sentais de la résistance, ça venait des femmes », se rappelle la fondatrice d’Ensemble contemporain de Montréal, affirmant que les mentalités évoluent malgré tout.

Même si le nombre de femmes à la tête d’orchestres est en augmentation depuis quelques années, il reste relativement bas. Au Canada, on estime que 14 % des chefs et directeurs artistiques d'orchestre sont des femmes, contre 11 % aux États-Unis et 5 % en France.

« Ça n'a jamais beaucoup évolué », constate de son côté Claude Gingras, critique musical. « Ça fait longtemps qu’il y a des femmes cheffes d’orchestre, il y en a une liste, mais ça reste marginal », poursuit-il.

Selon lui, plus l'orchestre est prestigieux, moins les femmes y ont accès.

« C'est vrai que les grands orchestres symphoniques ne s'ouvrent pas aussi facilement aux jeunes candidates encore », confie Mme Lacroix, tout en assurant avec optimisme que la situation ne restera pas inchangée.

« Quand je suis sur le podium, c’est vraiment la musique qui parle. On prend sa place avec conviction et authenticité, qu'on soit un homme ou une femme », conclut Mme Lussier.

D'après le reportage de Marie-Laurence Delainey.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine