Retour

Feu vert de l’Office national de l’énergie pour le pipeline Trans Mountain

Sans surprise et après trois ans d'audiences et de discussions, l'Office national de l'énergie (ONÉ) a approuvé sous conditions le projet d'expansion du pipeline Trans Mountain, de la compagnie américaine Kinder Morgan. Ottawa doit rendre sa décision définitive en décembre prochain.

Un texte de Anne-Diandra Louarn

L'agence fédérale a publié un rapport de 533 pages qui recommande que le gouverneur en conseil approuve le projet d'agrandissement du réseau de Trans Mountain moyennant 157 conditions.

Celles-ci « comprennent des exigences réglementaires ou très importantes ainsi que des exigences qui portent sur la sécurité et les aspects techniques du projet, la protection civile et l'intervention d'urgence, la protection de l'environnement, la population, les collectivités et les terres, l'économie et la responsabilité financière, et le transport maritime lié au projet », a indiqué l'ONÉ lors d'une conférence de presse.

Kinder Morgan souhaite doubler l'oléoduc, qui existe déjà depuis 1953 et qui relie Edmonton à Burnaby, près de Vancouver. S'il est approuvé, le nouveau pipeline Trans Mountain pourra acheminer chaque jour l'équivalent de 900 000 barils de pétrole, et ce, dès 2019.

En attendant, Kinder Morgan doit encore franchir deux étapes :

  1. Le projet doit être approuvé par un panel de trois membres nommés mardi par le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr. Ce panel réalise une nouvelle évaluation parallèlement à celle de l'ONÉ. Ils ont jusqu'au 1er novembre pour aller à la rencontre des communautés et des Premières Nations qui se trouvent le long du pipeline Kinder Morgan. Ils doivent aussi évaluer l'impact du pipeline sur les changements climatiques et les émissions de gaz à effets de serre.
  2. Le projet doit être approuvé par la Colombie-Britannique, qui a rejeté le projet en janvier dernier et qui conduit aussi sa propre évaluation environnementale. La province a imposé cinq conditions à respecter avant d'appuyer Trans Mountain.

Selon Kinder Morgan, le projet d'expansion Trans Mountain générera près d'un milliard de dollars en activités économiques et environ 34 000 emplois par an.

La pétrolière texane s'est réjouie, par voie de communiqué, de l'annonce de l'ONÉ qui a jugé que le projet était dans l'intérêt public. Elle s'octroie le temps de passer en revue les 157 conditions avant de commenter davantage la nouvelle.

« Un pas vers la prospérité et l'emploi »

L'Association des producteurs de pétrole du Canada, de son côté, estime qu'il s'agit « d'un premier pas important vers de nouveaux marchés qui va permettre de créer de l'emploi et de la prospérité ». L'organisme rappelle que le Canada vient au troisième rang des plus grandes réserves d'or noir au monde.

La ministre britanno-colombienne de l'Environnement, Mary Polak, s'est montrée satisfaite. « Nous sommes heureux de voir que l'ONÉ a imposé des conditions qui reflètent celles que nous avons établies [...] Kinder Morgan a travaillé, mais il reste du chemin à parcourir. Nous allons continuer à travailler avec toutes les parties engagées. »

À l'échelle locale, la Chambre de commerce de Surrey, près de Vancouver, est ravie par l'annonce. « La Ville va collecter plus d'un million de dollars chaque année en impôts », assure la présidente Anita Huberman qui ajoute que la période de construction créera également de l'activité économique et de l'emploi dans la Ville et la région. Mêmes sons de cloche pour les chambres de commerce de la Colombie-Britannique et du Grand Vancouver qui ont applaudi la nouvelle.

« Kinder Morgan fait face à une opposition grandissante »

Parallèlement, les réactions des opposants ont été promptes, à commencer par Greenpeace, qui fait part de sa déception. « L'ONE n'a aucunement tenu compte de la science du climat ou de l'opinion des populations menacées », a déclaré Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada.

L'organisme rappelle que le pipeline de Kinder Morgan fait face à une opposition grandissante en Colombie-Britannique, où des milliers de personnes ont exprimé leur opposition au projet en raison des risques énormes qu'il entraînerait sur l'environnement et la santé des communautés.

« Samedi dernier, plus de 800 personnes ont encerclé le terminal pétrolier de Kinder Morgan, sur l'eau et sur la terre, pour envoyer un message au gouvernement Trudeau, lui demandant d'accélérer la transition vers un avenir basé à 100 % sur les énergies renouvelables », souligne Greenpeace.

Vers un referendum populaire en C.-B.?

Très peu surpris par la décision de l'ONÉ, les environnementalistes et les communautés autochtones s'organisent pour continuer le combat dans l'espoir d'influer sur la décision finale d'Ottawa. Rueben George, porte-parole de la Nation Tsleil-Waututh, s'est rendu il y a quelques jours au siège de Kinder Morgan au Texas. « Nous avons parlé aux actionnaires. On sait que leurs dividendes ont été réduits de 75 %, que les cours du pétrole ont chuté de 60 % [et que] les pipelines ne sont pas un bon investissement », a-t-il martelé.

Et de poursuivre : « Les Premières Nations de la région ont gagné 170 batailles juridiques ces dernières années, c'est 97 % de victoires. Nous avons un pouvoir vital et allons l'utiliser en cour. Nous allons aussi nous assurer que nous sommes consultés et allons faire en sorte d'employer tous les moyens possibles pour arrêter ce projet ».

L'organisme Doogwood initiative est aussi passé à l'action en lançant une campagne pour demander un referendum provincial populaire en cas d'approbation du projet Trans Mountain. « Cette question est bien trop importante pour laisser les industriels et les politiciens décider. Les Britanno-Colombiens doivent avoir leur mot à dire », a déclaré Kai Nagata, directeur des communications.

Bien que très rare, un referendum d'initiative populaire peut être déclenché en vertu de la loi britanno-colombienne Recall and Initiative Act. Le dernier du genre remonte à 2011, lorsque les citoyens de la province ont voté à 55 % pour l'abolition de la taxe de vente harmonisée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine