Retour

Feux de forêt en Colombie-Britannique : la météo permet un optimisme prudent

Alors que la météo prévoyait des vents forts et des épisodes de foudre dans les régions de l'intérieur de la Colombie-Britannique assaillies par les incendies de forêt, les conditions qui prévalent pour l'instant font espérer que le pire pourrait être évité.

« Il semble que le vent sera un peu moins fort que ce qui était prévu. Et la foudre devrait venir avec un peu de pluie », a indiqué mercredi matin le porte-parole du service des incendies de Kamloops, Kevin Shrepnek.

La situation est évaluée d'heure en heure.

Suivez nos journalistes en direct (ici si vous êtes sur un appareil mobile) :

La météo avait été clémente mardi, les vents faibles ayant permis aux pompiers de faire des progrès et de mieux circonscrire les feux autour de Williams Lake et dans la région de Cariboo.

Les yeux tournés vers Williams Lake

Plus de 10 000 personnes s'attendent à tout moment à recevoir un avis d'évacuation rapide dans le secteur de Williams Lake, qui est cerné par les incendies. Les habitants de cette région, située à environ 300 kilomètres au nord de Kamloops, sont sur le qui-vive depuis lundi.

Plusieurs habitants de la municipalité ont d’ailleurs déjà quitté leur domicile pour se rendre plus au nord, à Prince George, où ont été installés des centres d'évacuation.

Williams Lake est la plus grande ville actuellement visée par une alerte d'évacuation, mais plusieurs autres plus petites le sont également. Afin de protéger leur résidence, certaines personnes ont toutefois affirmé qu’elles ne quitteraient pas leur maison si l’ordre d’évacuer devait venir, ce qui risque de rendre plus difficile le travail des autorités.

Selon la GRC, il y aurait eu des cambriolages dans des résidences évacuées.

Pour le moment, 14 000 Britanno-Colombiens ont dû quitter leur demeure.

L'armée prête à intervenir

Les Forces armées canadiennes se disent prêtes à intervenir si la ville de Williams Lake devait être évacuée. Le ministre fédéral de la Défense a promis l'aide de l'armée, en fin de semaine dernière.

« Nous sommes à l'écoute de la province, donc on est prêts », affirme Mélissa Kai, lieutenante de vaisseau qui travaille au département de la Force opérationnelle interarmées du Pacifique.

Deux avions et cinq hélicoptères sont déjà sur place et des renforts supplémentaires provenant d'autres bases militaires peuvent être appelés si le besoin se fait sentir. « L'objectif, c'est de regarder de plus près ces feux de forêt avec nos avions et avec nos équipes de surveillance pour se faire une meilleure idée de la façon dont on pourrait aider la province », ajoute-t-elle.

La fumée de plus en plus présente

Les plus de 200 incendies qui continuent à brûler ont des répercussions importantes sur la qualité de l’air de la majorité des régions intérieures, au sud de Prince George et à l’ouest de la vallée du Fraser.

L'indice de pollution de l'air y est de 36, sur une échelle qui ne dépasse normalement pas 10. L'épaisseur du nuage de fumée est telle que la visibilité y est également réduite. La fumée aurait même traversé les montagnes Rocheuses, pour se rendre jusqu’à Edmonton.

Les incendies ont rasé jusqu’ici environ 400 kilomètres carrés de territoire.

Avec les informations de Dominique Arnoldi

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion datant de la Deuxième Guerre mondiale décolle





Rabais de la semaine