Retour

Feux de forêt en Colombie-Britannique : les vents attisent les inquiétudes

À la veille de la fin de semaine, les services d'incendie de la Colombie-Britannique ont répété les craintes des autorités concernant les vents qui doivent souffler dès samedi après-midi dans l'intérieur de la province, tandis que les pompiers y combattent 167 feux.

Un texte de Noémie Moukanda

Le porte-parole du service des incendies de la Colombie-Britannique Kevin Skrepnek a affirmé, lors de sa mise à jour quotidienne de la situation des feux de forêt, que ces vents pourraient s'accompagner d'orages et d'éclairs, ce qui compliquerait le travail d'environ 3000 pompiers qui sont mobilisés.

« La vitesse du vent sera variable », a précisé Kevin Skrepnek, oscillant entre 20 et 40 km/h, en fonction de la zone. Cependant, dans certaines régions, comme le Fraser Canyon, des rafales de 70 km/h pourraient souffler.

Les prévisions météorologiques indiquent des températures élevées, un temps sec et peu de précipitations pour le sud de la province. Pour tenter de minimiser les effets de ces conditions peu favorables, les pompiers utilisent la stratégie qui consiste à allumer volontairement des feux contrôlables afin de débroussailler le terrain et de ne pas nourrir les éventuelles flammes.

Cette mesure est mise en place surtout pour les feux les plus dangereux comme ceux de 100 Mile House ou de Wildwood près de Williams Lake.

La sécurité de tous

Le service des incendies de la province recommande à la population de se tenir éloignée de l'arrière-pays et des sentiers dans les zones touchées par les incendies de forêt. Kevin Skrepnek rappelle d'ailleurs que les feux de camp sont interdits jusqu'à nouvel ordre. « La lutte contre les feux se concentre sur la sécurité du public et de garder les routes et les moyens d'évacuation ouverts », souligne-t-il.

Les évacuations continuent

Depuis une semaine, les services d'urgence comptent 16 680 personnes évacuées des zones sinistrées, dont 10 115 se sont enregistrées au centre de réception de la Croix rouge.

Ces évacuations génèrent une solidarité sans précédent d'après Robert Turner, le vice-ministre chargé des services d'urgence de la Colombie-Britannique. Les dons viennent de toutes parts et leur gestion n'est pas toujours facile, regrette-t-il. M. Turner demande aux donateurs de comprendre que les municipalités qui reçoivent les évacués n'ont pas toujours les moyens d'accepter tous les dons matériels qui sont faits par le public et les entreprises.

Par ailleurs, Robert Turner insiste sur le fait que tous les Britanno-Colombiens devraient se préparer à une potentielle évacuation. Il renvoie toute personne au site internet de la province pour obtenir les informations nécessaires.

Plus d'articles

Commentaires