Retour

Fillettes atteintes par balle à Toronto : un homme arrêté

La police de Toronto dit avoir arrêté un premier suspect relativement à une fusillade survenue jeudi et au cours de laquelle deux petites filles de 5 ans et de 9 ans ont été blessées.

Le suspect, Sheldon Eriya, âgé de 21 ans et résidant à Markham en banlieue de Toronto, a été arrêté vendredi à Pickering et fait face à sept chefs d'accusation, dont deux de tentative de meurtre, selon les autorités.

Les deux fillettes, deux soeurs, ont été blessées alors qu'elles jouaient sur un terrain de jeux de l'est de la ville. En tout, 11 enfants s'y trouvaient lorsque les coups de feu ont retenti, a indiqué la police.

Selon les enquêteurs, un tireur ciblait un homme qui se trouvait aussi dans le parc.

Le suspect comparait

Sheldon Eriya est aussi accusé de deux chefs de voies de fait graves, d'avoir déchargé une arme à feu, de possession de cocaïne en vue d'en faire le trafic et de possession de produits de la criminalité.

Le suspect s'est déjà présenté devant un juge, à Toronto, samedi. Plusieurs membres de sa famille étaient présents dans la salle d'audience.

L'accusé est resté calme, a prononcé son nom, et parfois utilisait sa main pour cacher son visage. Il portait une combinaison blanche et tenait ce qui semblait être des vêtements à la main.

En quittant le tribunal, Eriya a fait signe à sa famille alors qu'il était escorté.

Les policiers ont d'ailleurs tenu à remercier la communauté, qui a été « extrêmement utile » dans l'enquête.

Deux autres hommes recherchés

Vendredi après-midi, les policiers avaient annoncé avoir retrouvé le véhicule dans lequel deux suspects avaient pris la fuite.

La police dit être à la recherche de deux autres hommes.

Les victimes, qui avaient été transportées jeudi à l'hôpital dans un état grave, devraient se remettre de leurs blessures.

En fin de journée samedi, leur famille a publié un communiqué par l'intermédiaire de SickKids où elles sont hospitalisées.

Leurs proches remercient la communauté pour son appui ainsi que la police et le maire de Toronto pour leur travail et demandent que leur vie privée soit respectée alors qu'ils se concentrent sur le rétablissement des deux fillettes.

Plus d'articles