Retour

Fin du lock-out à l'entrepôt Brault et Martineau de Montréal

Le conflit de travail entre Brault et Martineau et ses employés de son centre de distribution de Montréal est terminé. Les travailleurs ont finalement accepté un régime de retraite à deux vitesses. Ils ont voté en faveur de l'entente en assemblée générale samedi matin. 

Les quelque 200 travailleurs qui avaient été mis en lock-out le 28 février dernier pourront rentrer au travail lundi. 

Le régime de retraite des futurs employés était au coeur du litige qui opposait Brault et Martineau et ses travailleurs. La compagnie demandait que les nouveaux employés bénéficient d'un régime de retraite à cotisations déterminées, moins avantageux que celui des employés actuels à prestations déterminées.

À contrecoeur

Les travailleurs, qui s'y refusaient, ont finalement accepté. Leur syndicat déplore qu'ils aient été mis au pied du mur.

« Lors de la reprise des pourparlers cette semaine, l'employeur a placé les membres dans une position impossible alors qu'il nous a annoncé la fermeture du centre de distribution si nous n'acceptions pas leur agenda. Nous avons été confrontés à un ultimatum. Dans les circonstances et malgré leur détermination à maintenir des conditions de travail équitables, les membres n'avaient pas vraiment de choix », a commenté par communiqué le représentant national d'Unifor, Olivier Carrière.

« Ça aurait été une tout autre négociation si la loi avait clairement prévu l'interdiction de régimes de retraite à deux vitesses au sein d'une même entreprise », a-t-il ajouté. 

Les membres ont accepté à 80 % la proposition de la médiatrice nommée au dossier.

Selon le syndicat, l'employeur s'est engagé à rapatrier tout le travail imparti depuis le début du lock-out et à maintenir le centre de distribution ouvert pour la durée de la convention collective.

Les travailleurs disent aussi avoir obtenu des augmentations salariales de 3 % la première année, 2,5 % les deux années suivantes et 2,75 % les deux dernières, ainsi que la rétroactivité au 1er janvier sur les heures travaillées.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine