Retour

Fin du procès de l'employé de Bombardier accusé de corruption en Suède

Le procès d'Evgeny Pavlov, ce directeur des ventes de la filiale suédoise de Bombardier accusé de corruption dans le cadre d'un contrat conclu en Azerbaïdjan, s'est clos mercredi, à Stockholm. Le verdict sera connu le 11 octobre.

Dans sa plaidoirie finale, l’avocate de l’accusé, Cristina Berger, a notamment argué que la justice suédoise n’a pas la compétence requise pour juger son client. Elle a également réitéré qu’il n’avait le pouvoir d’agir seul dans ce dossier.

M. Pavlov « était employé par une compagnie russe [la filiale russe de Bombardier, NDLR], travaillait avec une équipe russe et il est citoyen russe. Il ne peut pas être poursuivi ici », a plaidé Me Berger.

« Je n’ai rien fait d’illégal. Je n’ai fait que mon travail. J’ai tout vérifié auprès des avocats », a pour sa part déclaré le directeur des ventes, qui demeurera incarcéré jusqu’à ce que le verdict soit rendu.

Le procureur de la Couronne, Thomas Forsberg, a rejeté l’argument de l’extraterritorialité avancé par la défense. Selon lui, la justice suédoise a reconnu sa compétence en la matière en ordonnant que M. Pavlov demeure incarcéré après son arrestation.

Livrant sa plaidoirie finale mardi, le procureur de l’unité anticorruption suédoise avait plutôt demandé au tribunal d’imposer une peine de cinq ans de prison à l’accusé, puis de l’expulser vers son pays d’origine. La preuve contre lui est « solide comme le roc », a-t-il dit.

M. Forsberg a souligné que la valeur du contrat remporté en Azerbaïdjan – 340 millions de dollars américains - devait être considérée comme une circonstance aggravante. Il a aussi plaidé qu’il importe que la peine imposée à M. Pavlov « dissuade les compagnies suédoises d’agir de manière similaire ».

Le contrat au cœur de l’affaire visait à moderniser le système de signalisation du réseau ferroviaire en Azerbaïdjan. Il a été décroché en 2013 par un consortium réunissant les filiales suédoise et russe de Bombardier Transport, et une firme locale, Trans-Signal Rabita.

Evgeny Pavlov, qui travaillait à l’époque pour la filiale russe de Bombardier, est soupçonné d’avoir soudoyé un fonctionnaire de l'Azerbaïdjan pour obtenir ce contrat, financé à 85 % par la Banque mondiale.

En mars, un reportage d’Enquête effectué en collaboration avec la télévision publique suédoise SVT et la TT News Agency, avait braqué les projecteurs sur le rôle mystérieux joué par la société-écran Multiserv Overseas dans cette affaire.

On y apprenait que cette compagnie a acheté les équipements de signalisation nécessaires à l’exécution du contrat pour 19 millions de dollars à la filiale suédoise de Bombardier, avant de les revendre 104 millions à la filiale russe, une différence de 85 millions de dollars.

Bombardier Inc. a déjà affirmé publiquement qu’elle n’a pas agi de manière inappropriée dans cette affaire et qu’elle collabore avec la justice suédoise, qui poursuit son enquête dans ce dossier.

Avec lles informations de l'agence de presse suédoise TT

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine