Retour

Fort McMurray : un nettoyage qui rend malade, rapportent des travailleurs

Un homme dit qu'il a dû se rendre à l'hôpital et plusieurs affirment être tombés malades après avoir été exposés à des générateurs d'ozone tandis qu'ils participaient au nettoyage des dégâts causés par l'incendie qui a ravagé Fort McMurray le mois dernier.

CBC a recueilli les témoignages de quatre travailleurs, dont deux qui ont accepté d'être identifiés, David Gallop et Stephanie Brewis. Le premier a travaillé pour ServiceMaster et les trois autres, dont deux qui ont préféré garder l'anonymat pour des raisons professionnelles, ont travaillé pour Fort Mac Cleaning.

Tous disent avoir été en contact avec ces machines, sans protection adéquate, et ils ont affirmé n'avoir reçu aucune information sur les risques liés à celles-ci.

Une machine dangereuse, selon Santé Canada

Santé Canada avise sur son site Internet qu'il est dangereux d'être exposé à ces machines sans protection adéquate et qu'il est fortement déconseillé de les utiliser à l'intérieur des résidences.

Selon l'agence fédérale, les symptômes reliés à l'exposition à des générateurs d'ozone sont les suivants : toux, malaise dans la poitrine, diminution de l'activité des poumons, souffle court, irritation des yeux, des voies nasales et de la gorge.

David Gallop, un des nettoyeurs exposés à un générateur d'ozone, a rapporté que son employeur, ServiceMaster, lui avait expliqué que c'était seulement des « purificateurs d'air ».

Feu de forêt à Fort McMurray

Un des employeurs se défend 

De son côté, l'entreprise ServiceMaster, s'est défendue par voie de communiqué en affirmant n'avoir jamais mis ses travailleurs en danger en les exposant à des générateurs d'ozone.

L'autre entreprise qui employait des nettoyeurs qui ont dit avoir été en contact avec ces machines, Fort Mac Cleaning, a refusé de commenter la nouvelle.

Les nettoyeurs ont rapporté à CBC qu'ils devaient placer des générateurs d'ozone dans des chambres d'hôtel ou des condos. Ils refermaient ensuite la porte et inscrivaient une interdiction d'entrée sur celle-ci.

Certains de ces nettoyeurs portaient des masques, mais ceux-ci étaient inefficaces, selon eux. Leurs superviseurs respectifs leur auraient assuré qu'ils étaient en sûreté si la porte était fermée.

L'Alberta a affirmé avoir reçu plusieurs plaintes de travailleurs de Fort McMurray ayant été exposés à des substances toxiques. Le département qui gère ces plaintes, l'Occupational Health and Safety, a expliqué que la loi oblige les employeurs à révéler tout risque à leurs travailleurs. 

D'après un reportage de Marion Warnica

Plus d'articles

Commentaires