Retour

Forte hausse du nombre de Roms hongrois qui obtiennent l’asile au Canada

Quelque 68 % des demandes d'asile de Roms de Hongrie ont été acceptées depuis janvier, comparativement à 2 % il y a cinq ans, indique Immigration Canada.

Un texte de Jean-Philippe Nadeau

La vigilance du Barreau de l'Ontario explique en partie cette situation, selon l'Alliance romani-canadienne.

Quatre avocats ontariens qui représentaient des Roms de Hongrie ont été suspendus du Barreau le printemps dernier après avoir escroqué durant quatre ans des demandeurs d'asile ou l'aide juridique en prenant trop de demandeurs sous leur aile. Les honoraires d'avocat sont en moyenne de 5000 $ par client.

Ces quatre avocats ont été traduits devant un comité disciplinaire pour avoir failli à leur devoir de bien représenter leurs clients. Certains d'entre eux en ont toutefois appelé de la sanction qu'ils avaient reçue, si bien que tous les cas ne sont pas encore réglés devant le Barreau.

La présidente de l'Alliance romani-canadienne, Gina Csanyi-Robah, se dit néanmoins encouragée par la décision du Barreau de mieux surveiller le travail des avocats de réfugiés en Ontario.

Mme Csanyi-Robah explique que certains de ces avocats se présentaient seuls devant la Commission de l'immigration et du statut de réfugié sans même en parler à leurs clients ou qu'ils présentaient des demandes bâclées que leurs clients ne pouvaient vérifier, faute de comprendre l'anglais.

Selon la Maison Romero qui accueille des réfugiés à Toronto, le mal est toutefois déjà fait. La fondatrice du refuge, Mary-Jo Leddy, précise que les Roms qui ont été déboutés devant les tribunaux à cause de l'incompétence de leurs avocats ont été expulsés du Canada pour toujours. « On parle des droits de la personne et non de droit immobilier, dit-elle, et il est trop tard pour ces demandeurs pour soumettre une seconde demande d'asile à partir de Hongrie. »

Mme Leddy applaudit à la décision du Barreau de sanctionner les avocats, mais elle soutient que le ministère de l'Immigration devrait revoir les requêtes de ceux qui ont été injustement refusés au pays. Elle ajoute que le problème est d'autant plus grave que ces avocats ont fraudé l'aide juridique et l'argent des contribuables lorsque leurs clients ne pouvaient payer leurs honoraires. En plus, le problème ne touche pas seulement les Roms selon elle, mais aussi des réfugiés d'autres nationalités.

Jugement favorable aux Roms

La vigilance du Barreau ontarien n'explique qu'en partie la hausse des demandes de réfugiés qui sont acceptées au Canada. En 2012, le gouvernement Harper a restreint l'entrée des Roms de Hongrie en désignant ce pays comme étant sécuritaire, parce qu'il jugeait qu'ils venaient au Canada sous de faux prétextes.

Une cour fédérale a toutefois statué que cette désignation était inconstitutionnelle et discriminatoire par rapport aux autres Roms d'Europe. Le gouvernement a fait appel de cette décision, si bien que la cause est toujours devant les tribunaux.

Néanmoins, plusieurs groupes applaudissent au travail des commissaires de l'immigration de maintenir leur indépendance vis-à-vis la position des conservateurs, statuant dans bien des cas que les Roms ont raison de s'inquiéter de leur sécurité en Hongrie. Le Conseil canadien pour les réfugiés souligne qu'ils sont malheureusement encore trop souvent victimes de discrimination et de violence en Europe.

La directrice du Conseil, Janet Dench, se dit toutefois optimiste, parce que les changements que les conservateurs ont apportés à la Loi sur l'immigration en 2012 ont fait en sorte que les commissaires ne sont plus nommés par le gouvernement. « Ils sont aujourd'hui moins partisans qu'ils ne l'étaient », selon elle.

« Le taux d'acceptation pour les demandes de Hongrois au pays a (depuis) augmenté de façon importante et ça démontre, ajoute Mme Dench, que beaucoup d'entre eux ont pu présenter leur situation et convaincre un commissaire qu'ils faisaient face à de la persécution chez eux. »

Le Conseil ajoute que les statistiques montrent aujourd'hui que les tribunaux de l'immigration sont neutres et indépendants et qu'ils traitent les demandes de tous les Roms de façon équitable, malgré les barrières mises en place par les conservateurs.

Plus d'articles

Commentaires