Retour

Fox News accusée de publier de fausses informations à la demande de Trump

Fox News a été assignée par un de ses consultants pour avoir publié de fausses informations pour nuire aux démocrates. La chaîne de télévision, qui nie tout, est soupçonnée d'avoir agi sous l'instigation du président des États-Unis.

Roh Wheeler, qui a saisi le tribunal fédéral de Manhattan, évoque une diversion visant à détourner l’attention de l’opinion publique au sujet des liens entre des membres de l’équipe de Donald Trump avec le Kremlin, rapporte la radio publique américaine National Public Radio (NPR).

M. Wheeler reproche à la chaîne conservatrice pro-Trump d’avoir inventé de toutes pièces cette histoire entourant la mort de Seth Rich, un employé au comité national du Parti démocrate tué par balle le 10 juillet 2016 à Washington.

Des médias conservateurs ont sauté sur l’occasion pour évoquer un assassinat politique. Selon eux, Seth Rich aurait communiqué des informations secrètes du Parti démocrate au réseau WikiLeaks. Or, l’enquête policière avait conclu à un vol à main armée qui aurait mal tourné.

En mai dernier, Fox News avait publié un article accréditant la thèse de l'assassinat de Seth Rich et reprenant des citations attribuées à Rod Wheeler, selon lesquelles la victime avait bien transmis des courriers électroniques à Wikileaks. Dans son assignation devant le tribunal, M. Wheeler, qui est consultant pour la chaîne sur les questions de sécurité, police et justice, nie avoir tenu de tels propos.

Selon lui, la journaliste auteure de l’article aurait travaillé avec un autre consultant de Fox News, en l’occurrence Ed Butowsky, un proche de Donald Trump, également visé par l’assignation.

L’article en question aurait été lu par M. Trump avant même sa publication en ligne, ajoute Rod Wheeler. Le texte a été retiré quelques jours plus tard, sous prétexte qu'il ne respectait pas les « standards » de la chaîne en matière d’information, mais le média ne s’est pas excusé pour autant.

Un responsable de l’information de Fox News, Jay Wallace, cité par l’AFP, a réfuté les accusations qu’il qualifie de « complètement fausses », précisant qu’une enquête interne est en cours au sujet de l’article incriminé.

En conférence de presse mardi, la porte-parole de la Maison-Blanche a refusé de commenter l’affaire.

Plus d'articles

Commentaires