Retour

FPJQ : plusieurs prix Judith-Jasmin pour les journalistes de Radio-Canada

Ce prix récompense les journalistes pour leur enquête intitulée Abus de la SQ : les femmes brisent le silence et diffusée à l'émission Enquête en octobre 2015.

Le jury souligne « l’onde de choc » créée par ce reportage « dans tout le pays ».

Dans la catégorie Enquête, c’est Isabelle Hachey, de La Presse qui a été honorée pour son reportage La véritable histoire du Schindler juif. Le jury s’est dit « impressionné par le degré de difficulté que posait cette enquête et par la force et la pertinence des témoignages recueillis auprès de réfugiés dans le Kurdistan irakien et auprès d’autorités politiques et policières en Irak et au Canada ».

Chantal Lavigne, de Radio-Canada, a quant à elle été récompensée pour Le profit avant les vaccins, sur la crise du virus Ebola dans la catégorie Grand reportage. Le jury salue « le traitement critique mais équilibré et un regard tout à fait inédit sur la crise du virus Ebola. »

Dans la catégorie Nouvelles-médias nationaux, Radio-Canada s’est encore distinguée avec le prix Judith-Jasmin qui a été attribué à Sylvie Fournier pour la nouvelle sur l’Office national de l’énergie TransCanada : des raccords problématiques. Cette nouvelle, « diffusée à la veille des audiences sur le projet de pipeline Énergie-Est, a alimenté les doutes sur la crédibilité de l’organisme, forcé de suspendre son processus d’audiences face à l’ampleur des protestations », a indiqué le jury.

Justine Mercier du Droit s’est mérité le Judith-Jasmin dans la catégorie Nouvelles, médias locaux et régionaux pour son article Un calvaire mortel à l'hôpital de Gatineau. Elle y rapporte le récit des derniers jours d'un homme qui n'aurait pas dû mourir à l'hôpital.

Le prix de la catégorie opinion est revenu à Mario Girard, pour son texte Jutra et les garçons, paru dans La Presse. Ce texte a fait grand bruit en révélant les actes de pédophilie de Claude Jutra, un monument de la culture québécoise. Ce travail a levé « le voile sur la complaisance avec laquelle on s'accommode encore aujourd'hui des abus sexuels de certaines de nos icônes », souligne le jury.

Le prix du journalisme de service a été remis Vincent Larouche et Simon Giroux, de La Presse, pour leur reportage La Presse en Côte d’Ivoire : sur les traces des brouteurs, alors que celui de la catégorie Entrevue ou portrait a été remporté par Marco Fortier du Devoir, pour son article Voyage au bout de la vie.

Un autre journaliste du Devoir s’est mérité le prix Judith-Jasmin dans la catégorie journalisme spécialisé (« Beat ») pour sa spécialisation en environnement.

La 41e édition du prestigieux prix Judith-Jasmin récompense enfin Lise Bissonnette pour sa carrière journalistique depuis ses débuts au Devoir en 1974.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?