Retour

Fracturation hydraulique et séismes : l'Oklahoma met en garde l'Alberta

Un directeur de l'organisme de réglementation de l'énergie de l'Oklahoma, aux États-Unis, met en garde le Canada contre les dangers des séismes causés par la fracturation hydraulique.

« Il y a indéniablement une relation étroite entre les puits de fracturation hydraulique et l'activité sismique », croit Tim Baker.

Selon un récent rapport publié dans le journal scientifique Seismological Research Letters, l'industrie pétrolière est responsable de 90 % des tremblements de terre de magnitude 3 ou plus dans le bassin sédimentaire de l'Ouest canadien.

La fracturation hydraulique, soit l'injection d'eau en profondeur pour extraire du pétrole, est un procédé qui fragilise le sous-sol, explique Gail Atkinson, professeure de géophysique à l'Université Western de London, en Ontario.

La perspective que la fracturation hydraulique puisse causer des séismes est toutefois récente, selon elle. « Il y a deux ans, on n'aurait pas cru que les humains puissent déclencher des séismes de magnitude 4, 4,5. »

Mme Atkinson pense que les Canadiens doivent être très attentifs à ce qui se passe autour d'eux, avant d'accepter davantage de fracturations hydrauliques.

L'exemple de l'Oklahoma

Au centre-ville historique de Guthrie, dans le centre de l'Oklahoma, les immeubles portent les traces des tremblements de terre.

En six ans, le comté de Logan, dans lequel est situé Guthrie, est passé de deux séismes de magnitude supérieure à 3, chaque année, à 900 par an.

Lisa Griggs, une résidente de Guthrie, affirme ressentir jusqu'à 50 séismes par jour. Selon elle, c'est l'effet cumulatif des tremblements de terre qui a eu raison des fondations de sa maison.

Dans la région de Fox Creek, dans l'ouest de l'Alberta, 367 séismes ont été enregistrés en 2015. En janvier 2016, un séisme de magnitude 4,5 a frappé la région.

La province avait exigé un arrêt temporaire d'un site de fracturation hydraulique, qui a depuis repris ses activités.

D'après le reportage de Sylvain Bascaron et de Briar Stewart

Plus d'articles

Commentaires