Retour

Frais accessoires : des spécialistes se désaffilient 

En raison de l'interdiction des frais accessoires, certains médecins spécialistes entreprennent de se désaffilier du réseau public de santé.

Un texte de Davide Gentile

Se désaffilier est un geste difficile pour le gastro-entérologue Jaime Benhamron. « Vous avez peur quand vous sortez de l'assurance maladie », dit ce médecin qui y a été affilié pendant une trentaine d'années.

Établi dans le quartier Snowdon, à Montréal, il affirme que l'interdiction des frais accessoires le forcerait à travailler à perte. « [Ce serait] perdre 200 $ à chaque coloscopie que je ferais », affirme-t-il.

Le personnel, le loyer et les appareils coûtent très cher.

Le Dr Jaime Benhamron, gastro-entérologue

Les gastroscopes utilisés pour certains des examens coûtent plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Chaque année, de 15 à 18 000 personnes obtiennent une coloscopie au privé dans la région de Montréal. Est-ce que certains de ces patients vont accepter de payer la totalité des coûts d'une coloscopie?

« C'est vraiment ça, la question », affirme le médecin. Impossible pour lui de retourner pratiquer dans un hôpital parce qu'il y a perdu sa place depuis des années.

Jaime Benhamron n'est pas le seul médecin à briser son lien avec la RAMQ. Au moins deux autres cliniques de gastro-entérologie vont faire la même chose au cours des prochains jours.

« Plusieurs des examens qui sont [encore] faits dans le privé vont aller à l'hôpital. Donc, ça va s'ajouter à la liste d'attente », pense le Dr Benhamron. Une partie de la clientèle actuelle qui paie une partie des frais d'examen ne pourra pas en payer la totalité, selon lui. « L'accès va être limité, du moins pour une partie de la population », pense-t-il.

Des cliniques décident de fermer

Dans les deux salles d'examen de la clinique du Dr Yvon Giroux, des sacs de draps indiquent qu'on s'apprête à plier bagage. Plus loin, des endoscopes ont été rangés dans des boîtes. « J'ai fait mon dernier examen le 22 décembre », affirme le gastro-entérologue.

La clinique de Laval où il travaillait fermera ses portes le 30 janvier. Ici aussi, on estime que sans frais accessoires, il est impossible de dégager un profit. « On paierait, nous, pour les patients », affirme le médecin, qui évoque lui aussi les salaires et les coûts de l'équipement.

Le Dr Giroux affirme détecter une cinquantaine de cancers du côlon chaque année, chez des patients qui étaient sur la liste d'attente à l’hôpital. Âgé de 72 ans, il entend continuer à travailler dans une des cliniques qui vont se désaffilier de la RAMQ. Il est convaincu que certains patients vont accepter de payer de gros montants pour ces examens.

[Des patients] m'ont dit : "Je vais aller aux États-Unis, je ne veux pas attendre.

Le Dr Yvon Giroux, gastro-entérologue

Le public pourra absorber la demande, dit Barrette

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, rappelle que le gouvernement veut ramener dans le secteur public les examens plus lourds, comme l'endoscopie. « C'est la raison pour laquelle on a investi dans notre réseau : pour augmenter le nombre d'endoscopies », dit-il.

Puisqu'il s'est fait environ 9000 endoscopies et colonoscopies au Québec l'an dernier, le ministre pense que le réseau pourra absorber la demande autrefois prise en charge par le privé.

Il ne s'oppose pas au fait que certains médecins comme le Dr Benhamron se désaffilient, puisqu'ils vont, selon lui, absorber une partie de la demande des clients prêts à payer le plein prix.

Les fermetures de cliniques semblent plus rares dans les autres spécialités, entre autres, parce que l'équipement est souvent moins cher qu'en gastro-entérologie.

Les négociations entre Québec et la Fédération québécoise des médecins spécialistes du Québec se poursuivaient toujours jeudi soir.

Plus d'articles

Commentaires