En soi, il n'y a rien de mal à discuter des seuils d'immigration. Tous les pays le font à un moment ou à un autre et ce n'est ni un signe de fermeture ni un signe de rejet. Mais, le sujet étant nécessairement émotif, il importe de le faire en utilisant des faits plutôt que des perceptions et en évitant de se tirer dans le pied avec des slogans plutôt que des solutions.

Michel C. Auger

Une analyse de Michel C. Auger
animateur de Midi Info

 

François Legault et la Coalition avenir Québec (CAQ) semblent avoir choisi les raccourcis. Ça commence dès le premier énoncé de M. Legault : le Québec accueille 50 000 immigrants par année, ce qui est trop. Il propose plutôt 40 000, encore qu'on ne sache pas d'où il sort ce chiffre.

M. Legault ne tient compte que de ceux qui arrivent et pas de ceux qui partent. Ainsi, en 2014 - dernière année pour laquelle les chiffres sont disponibles et une année qui n'a rien d'exceptionnel - il y a eu effectivement un peu plus de 50 200 immigrants au Québec. Mais quelque 4900 personnes ont quitté le Québec pour un pays étranger et 13 700, pour une autre province canadienne.

Le solde net, les immigrants qu'on a réussi à garder au Québec, est donc de 31 600 nouveaux résidents, bien moins que la cible de 40 000 de François Legault ou que les 50 000 immigrants qu'on ne saurait accueillir convenablement.

Ce que M. Legault ne dit pas, c'est qu'un solde net inférieur à 32 000 nouveaux arrivants signifie une baisse continuelle du poids du Québec au sein du Canada. Pour un parti fédéraliste comme celui de M. Legault, ce devrait pourtant être un enjeu majeur.

Le maintien du poids démographique et politique du Québec dans le Canada était une véritable obsession pour feu Robert Bourassa, qui avait même fait inscrire dans l'accord de Charlottetown que le Québec ne pourrait jamais recevoir moins du quart des immigrants qui viennent au Canada. Si on appliquait ce critère, c'est plus de 62 000 immigrants par année qu'on devrait accueillir.

M. Legault dit aussi que si les milieux d'affaires veulent plus d'immigration, c'est tout simplement qu'ils veulent plus de « cheap labor ». Pourtant, parmi les immigrants choisis par le Québec, 79 % ont plus de 14 années d'études et 44 % en ont plus de 17. On ne parle pas ici de travailleurs à bon marché et s'il existe encore beaucoup de freins à l'entrée sur le marché du travail, c'est bien plus à cause du protectionnisme de nos corporations professionnelles que la faute des immigrants.

« Pour faire peur... »

Par ailleurs, M. Legault utilise des chiffres hors de tout contexte, essentiellement pour faire peur. Ainsi, il est exact que 40 % des nouveaux arrivants - surtout dans les catégories de la réunification des familles et des réfugiés, qui ne sont pas choisis par le Québec - ne parlent pas français.

Mais ce chiffre n'est pas figé dans le temps. Ce n'est quand même pas vrai qu'il ne se fait aucune francisation après leur arrivée. Grâce à la loi 101, tous les enfants iront nécessairement à l'école française et presque tous les adultes finiront par apprendre le français, que ce soit au travail ou dans des salles de cours.

Actuellement, plus de 94 % des résidents du Québec sont capables de soutenir une conversation en français, le nombre le plus élevé de notre histoire. Mais François Legault prétend tout de même que l'immigration menace le français au Québec.

Mais à la fin, ce qu'il y a de plus détestable dans la nouvelle politique de la CAQ, c'est qu'elle est emballée dans un discours identitaire à la sauce burkini, où on exploite la peur de l'étranger, comme en faisant rimer immigration avec taux de chômage et l'imposition d'un « test de valeurs », qu'il sera si facile de contourner qu'on se demande quelle est sa véritable utilité.

Ce serait très injuste de comparer François Legault à un Donald Trump ou à une Marine Le Pen. Quiconque le connaît sait qu'une telle comparaison ne tient pas la route.

Mais la politique est aussi une question de « timing » et de perceptions. M. Legault ne peut pas ignorer que cette idée de restreindre l'immigration est actuellement le grand thème de la droite populiste un peu partout dans le monde occidental. Et force est de constater que M. Legault a choisi de chanter dans cette chorale.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Concours!



Rabais de la semaine