Retour

Françoise David quitte la vie politique, mais ne baisse pas les bras

La députée de Gouin et porte-parole parlementaire de Québec solidaire, Françoise David, affirme ne plus avoir la force de demeurer en politique et quitte sur-le-champ son poste de députée, qu'elle occupait depuis septembre 2012.

« Je prends cette décision avec regret, mais aussi avec sérénité », dit Françoise David, qui affirme avoir « beaucoup aimé le travail de députée ».

Un travail qu'elle croit avoir accompli avec « diligence et empathie », a-t-elle ajouté, jeudi, lors d'une conférence de presse en présence des deux autres députés solidaires, Amir Khadir (Mercier) et Manon Massé (Sainte-Marie-Saint-Jacques), ainsi que du président et autre porte-parole de la formation, Andrés Fontecilla.

Mme Massé prendra pour le moment le relais de Françoise David à titre de porte-parole parlementaire.

Je reste membre à part entière de Québec solidaire. [...] C'est ma deuxième famille.

Françoise David

C'est d'une voix enrouée que Mme David a remercié les militants, ses collègues députés, les membres des divers comités ainsi que le personnel de la formation politique, notamment à l'Assemblée nationale et dans les bureaux de circonscriptions.

« Je ne rejouerai pas dans ce film-là » - Françoise David

Les raisons officielles de son départ sont liées à sa santé. Françoise David, qui a déjà subi un épuisement professionnel dans sa vie, se refuse à « jouer de nouveau dans ce film-là ».

Or, à 69 ans, elle sent une fatigue récurrente et estime ne plus avoir « la résistance » nécessaire pour affronter, chaque jour, les rigueurs et les exigences de la vie politique.

Ce départ n'est pas une surprise dans la mesure où Mme David avait déclaré récemment qu'elle réfléchissait à son avenir et qu'elle ferait le point sur ses intentions « très tôt » en 2017.

« Je prends ma retraite, je ne serai plus jamais à la recherche d'un autre emploi », a-t-elle affirmé jeudi, expliquant qu'elle entendait se reposer pendant des mois, voyager et passer du temps auprès de sa petite-fille.

Certes, elle tourne le dos aux aléas de la vie parlementaire. Mais Françoise David assure qu'elle ne cessera pas, pour autant, de combattre « l'injustice, l'intolérance, le racisme, le sexisme et la destruction de la planète ». Cependant, elle le fera « à un rythme différent ».

Québec solidaire a fait avancer les choses

Elle considère que ses efforts n'ont pas été vains, même si Québec solidaire n'a fait élire que trois députés. « Trois seulement, mais qui travaillent comme vingt à l'Assemblée nationale, je peux en témoigner », a-t-elle dit.

À la suite du départ de Françoise David, le premier ministre Philippe Couillard devra tenir d'ici six mois une élection complémentaire dans Gouin. Françoise David souhaite ardemment que les citoyens de cette circonscription, occupant une partie de l'arrondissement montréalais de Rosemont-La Petite-Patrie, optent de nouveau pour Québec solidaire dans le choix de leur représentant à l'Assemblée nationale.

La députée démissionnaire voit aussi plus grand : « Mon espoir, c'est que les gens en 2018 se disent "On les essaie!" », a-t-elle déclaré, faisant référence au rêve qu'elle a de voir Québec solidaire obtenir une majorité de sièges à l'Assemblée nationale.

Tant qu'on [Québec solidaire] ne gouvernera pas, faudra pas nous demander à nous de régler tous les problèmes du Québec.

Françoise David

Elle estime que Québec solidaire a amené les Québécois à se poser des questions, dont celle-ci : « Comment se fait-il que ce sont toujours les mêmes qui partent avec la caisse? »

Un long et riche parcours citoyen

Ancienne présidente de la Fédération des femmes du Québec, Françoise David a fondé en 2004 Option citoyenne, dont la fusion avec l'Union des forces progressistes a donné naissance au parti Québec solidaire, en 2006.

Elle s'est portée candidate dans Gouin aux élections générales de 2007, puis de 2008, sans réussir à se faire élire.

Sa troisième tentative, en septembre 2012, dans la foulée des manifestations étudiantes et citoyennes du printemps érable, aura été la bonne, une victoire acquise par près de 5000 voix face au péquiste Nicolas Girard. Mme David a été réélue de manière encore plus convaincante en 2014, obtenant plus de la moitié des suffrages.

De 3,6 % en 2007, l'appui à la formation de gauche est passé à 7,6 % à l'échelle provinciale lors des élections générales de 2014 et se maintenait à ce niveau lors des récentes partielles.

Québec solidaire a toutefois fait des progrès notables dans certaines circonscriptions montréalaises, notamment dans Hochelaga-Maisonneuve, où ses appuis en pourcentage, lors d'élections générales, ont triplé en l'espace de sept ans, sans toutefois que cela se traduise en un quatrième siège à Québec.

Organisatrice de la Marche des femmes contre la pauvreté « Du pain et des roses », en 1995, Françoise David a été faite Chevalière de l'Ordre national du Québec, en 1999. Elle a aussi reçu le prix Personne, décerné par le gouverneur général, en 2002.

La classe politique québécoise salue Françoise David

De Davos, où il participe au Forum économique mondial, Philippe Couillard a rendu hommage « à Mme David, la parlementaire ».

Du même souffle, le premier ministre du Québec a reconnu « également toute la validité et l'importance de la parole de Françoise David, la Québécoise, qui va continuer à parler au Québec au cours des prochaines années », a-t-il affirmé.

Pour sa part, en conférence de presse, jeudi, Jean-François Lisée a cité la dignité, la franchise et la transparence de Mme David, qu'il connaît personnellement depuis des décennies et auprès de laquelle il a mené moult « combats et débats ».

Le chef du Parti québécois (PQ) a salué « le désintéressement total » avec lequel la députée démissionnaire de Québec solidaire s'est efforcée « de faire avancer le bien commun ». Françoise David a su adoucir les moeurs politiques, selon le chef péquiste, et elle est dotée d'« une grande capacité à faire converger les gens vers les positions qui sont les siennes ».

Jean-François Lisée n'a pas voulu qualifier de « gaffe » les propos tenus plus tôt par le député péquiste Sylvain Gaudreault, qui a laissé entendre que le départ de Françoise David pourrait faciliter une éventuelle convergence entre le PQ et Québec solidaire.

Oui, le départ de Françoise David brasse les cartes, a reconnu M. Lisée en substance, mais « ça ne change rien dans le fondamental ». L'ex-députée de Gouin « était une artisane de cette convergence » et cette « volonté de convergence » fait partie de son héritage, dit le chef du PQ.

Quant à la possibilité que le PQ ne présente pas de candidat dans Gouin, histoire de laisser la porte grande ouverte à Québec solidaire, Jean-François Lisée s'est refusé à toute spéculation. « Aujourd'hui, nous soulignons la contribution de Françoise », a-t-il conclu.

Enfin, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a déclaré par communiqué : « Malgré nos différends, j’ai toujours eu du respect pour cette femme exceptionnelle. Son départ créera un vide à l’Assemblée nationale. J’appréciais son intégrité, sa courtoisie, sa bonne humeur! Nous perdons une femme de grande valeur ».

« Je n'aime pas le mot "adversaire" » - Hélène David

La ministre responsable de l’Enseignement supérieur du Québec, Hélène David, est la cadette des filles dans la famille David. Et, entre les deux soeurs, il y a eu plus de soutien que de rivalité, assure celle qui a fait son entrée à l'Assemblée nationale en 2014 : « Elle m'a beaucoup soutenue et accompagnée dans mes premiers pas de vie parlementaire ».

Se refusant à la qualifier d'adversaire, Hélène David dit de sa « grande soeur » qu'elle a toujours conservé « la même ligne d'action, de pensée et de réflexion ».

« Moi, sa soeur, je vais vraiment m'ennuyer d'elle », conclut Hélène David.

Plus d'articles

Commentaires