Retour

Fumée secondaire : les Québécois veulent plus de protection pour les enfants

Les Québécois, même les fumeurs, sont d'accord avec l'interdiction de fumer à bord des voitures en présence d'enfants et ils aimeraient même que le tabac soit banni des terrains de jeux. Voilà ce qui ressort d'un sondage Léger mené pour la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac.

Selon ce sondage, l'interdiction de fumer en présence d'enfants dans une voiture, une mesure incluse dans le projet de loi 44 du gouvernement du Québec, recueille l'appui de 91 % des Québécois et de 84 % des fumeurs.

En ce qui concerne les terrains de jeux, 87 % des Québécois sont favorables à une mesure qui y interdirait la cigarette.

La majorité des fumeurs (72 %) approuve aussi cette mesure, qui n'est pas incluse dans le projet de loi 44 déposé en mai par la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois.

Le Québec en retard?

Richard Bélanger, pédiatre au Centre mère-enfant du CHU de Québec, souligne qu'au chapitre de la protection des enfants contre la fumée secondaire, le Québec affiche un retard important par rapport à ce qui se fait ailleurs au pays.

Toutes les provinces ont déjà légiféré au sujet de l'interdiction de fumer à bord des voitures en présence d'enfants, dit-il.

« Pour ce qui est des terrains de jeux, des provinces comme l'Ontario, le Manitoba et le Nouveau-Brunswick se sont dotées de législation », ajoute Richard Bélanger.

Certaines municipalités québécoises, comme celle de L'Ancienne-Lorette, ont même adopté des mesures interdisant le tabac sur les terrains de jeux, rappelle le pédiatre.

Richard Bélanger est d'avis que le projet de loi 44 viendra corriger la situation.

« La loi 44, avec les audiences qui débutent en août [...], va vraiment être le moment pour les intervenants de la santé et d'autres acteurs pour amener le gouvernement à se positionner pour la santé des enfants. »

Selon le Dr Bélanger, la fumée secondaire contribue aux problèmes respiratoires observés chez plusieurs enfants. Le travail de sensibilisation doit donc se poursuivre auprès des parents pour éviter que leur enfant y soit exposé, particulièrement dans les voitures.

« C'est un espace tellement clos et les enfants, surtout en période estivale, peuvent y passer une plus longue période », rappelle Richard Bélanger.

Rappelons qu'en plus d'interdire de fumer une cigarette traditionnelle dans une voiture en présence d'un mineur de moins de 16 ans, le projet de loi 44 interdirait aussi de fumer sur les terrasses.

La nouvelle réglementation s'appliquerait à toutes les formes de tabagisme, y compris la cigarette électronique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ils en repêchent par milliers chaque année à Amsterdam





Rabais de la semaine