Retour

Fusillade à Las Vegas : 59 morts, dont 2 Canadiens

Deux Canadiens figurent parmi les 59 personnes qui ont été tuées dimanche soir lorsqu'un homme a ouvert le feu à l'arme automatique dans une foule pendant un festival de musique country dans les rues de Las Vegas. La fusillade a également fait 527 blessés.

Selon le shérif de Las Vegas, Joe Lombardo, le tireur a ouvert le feu sur la foule vers 22 h (heure locale) à partir du 32e étage de l'hôtel Mandalay Bay, situé à quelques pas du Las Vegas Boulevard (The Strip) pendant un concert du chanteur Jason Aldean.

Le tireur a été retrouvé sans vie par la suite, dans la chambre où il se trouvait. « Nous pensons que l'individu s'est tué avant notre arrivée » dans la pièce, a déclaré le shérif Lombardo.

Il s'agit d'un homme de 64 ans nommé Stephen Paddock, un résident de Mesquite, ville située à 120 kilomètres de Las Vegas.

Seize armes ont été trouvées dans la chambre d'hôtel du tireur, a rapporté le shérif Lombardo lors d'une conférence de presse en fin d'après-midi lundi. La police a aussi mentionné avoir trouvé du nitrate d'ammonium dans sa voiture, une substance qui peut être utilisée dans la fabrication d'engins explosifs.À la résidence de Stephen Paddock, les enquêteurs ont découvert « plus de 18 armes à feu supplémentaires, des explosifs et plusieurs milliers de munitions, ainsi que des appareils électroniques », a déclaré M. Lombardo.

Selon le frère du tireur, interrogé par la chaîne NBC, Stephen Paddock était un comptable à la retraite, à l’aise financièrement, et qui aimait jouer au poker. L’homme, anciennement marié, vivait avec une nouvelle conjointe.

Son frère affirme qu’il ignore complètement pourquoi Stephen Paddock a commis un tel geste. Son dernier contact avec lui remonte à près d’un mois, par texto. Le tireur aurait cependant parlé à sa mère au téléphone il y a une semaine ou deux.

Jusqu'à présent, aucun message motivant l'acte du tireur n'a été trouvé, ont précisé les enquêteurs.

Deux Canadiens parmi les victimes

Jordan McIldoon, un jeune homme de 23 ans originaire de Maple Ridge, en Colombie-Britannique, a été tué lors de la fusillade.

Selon sa famille, il se trouvait en vacances à Las Vegas en compagnie de sa conjointe lorsqu'il a été atteint de coups de feu. Il n'a malheureusement pas survécu à ses blessures. Il devait rentrer au pays ce soir.

Une Albertaine compte aussi parmi les victimes. Jessica Klymchuk, mère de quatre enfants, était aide-enseignante, chauffeuse d’autobus et bibliothécaire à l’école St. Stephen de Valleyview.

Six Canadiens auraient été blessés, dont deux Manitobaines qui ont subi des blessures par balle.

Par ailleurs, la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, a offert ses « pensées et condoléances aux amis et familles des victimes » en point de presse lundi après-midi. « Le Canada condamne fermement l’horrible attaque qui a eu lieu la nuit dernière à Las Vegas qui a tué et blessé de nombreux innocents », a-t-elle ajouté.

La peur, la panique, la mort

Les rafales soutenues d'armes automatiques de Stephen Paddock ont provoqué un important mouvement de panique dans la foule d'environ 22 000 personnes qui assistaient au concert dans le cadre du festival de musique country Route 91 Harvest.

Deux policiers en service ont aussi été blessés pendant la fusillade. L'un serait dans un état critique et l'autre aurait subi des blessures mineures, selon le bureau du shérif de Las Vegas, qui a ajouté que plusieurs policiers qui assistaient au concert à titre de spectateurs pourraient avoir été tués ou blessés.

Selon Joe Pitzel, un spectateur interrogé par CNN, de nombreuses personnes n'ont pas bougé immédiatement lors des coups de feu. C'est au moment où le chanteur Jason Aldean et ses musiciens ont quitté la scène en courant que le mouvement de panique s'est amorcé.

« Ça a commencé comme un bruit de verre brisé. On a regardé autour de nous pour savoir ce qui se passait. Quelques minutes plus tard, on a entendu pop-pop-pop-pop. On a pensé que c'étaient des feux d'artifice ou des pétards. Et l'on a réalisé que ce n'était pas le cas, que c'étaient des coups de feu », a raconté Monique Dekerf, une spectatrice, sur les ondes de la chaîne CNN.

« On a pensé pendant un moment : "OK, on va bien, il n'y a plus de tirs." Et puis ça a recommencé », a-t-elle ajouté.

Trump dénonce un acte odieux, mais refuse de débattre de l'encadrement des armes à feu

À Washington, le président Donald Trump a observé une minute de silence lundi après-midi dans les jardins de la Maison-Blanche en hommage aux victimes de la fusillade, accompagné de son épouse, Melania, du vice-président, Mike Pence, et de l'épouse de celui-ci, Karen.

M. Trump avait réagi tôt en matinée en exprimant sur son compte Twitter ses condoléances aux victimes et aux familles. Il a plus tard pris la parole à la Maison-Blanche pour déclarer qu'il se rendrait mercredi à Las Vegas pour rencontrer les autorités, les premiers répondants et les familles des victimes.

Qualifiant ce carnage d'« acte odieux », le président des États-Unis a déclaré : « Notre unité ne peut être brisée par le mal, nos liens ne peuvent être rompus par la violence. »

Bien que déplorant vivement la tragédie, la Maison-Blanche estime qu'il serait « prématuré » de lancer un débat sur l'encadrement des ventes d'armes à feu aux États-Unis.

« Aujourd'hui est une journée pour consoler les survivants et pleurer ceux que nous avons perdus », a déclaré lundi après-midi Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de Donald Trump. « Il serait prématuré de parler de politique quand nous ne connaissons pas tous les faits », a-t-elle ajouté, mettant en garde contre la tentation de « créer des lois qui n'empêcheraient pas » ce type de tragédies.

Cette fusillade de masse est l'événement du genre le plus meurtrier à survenir dans l'histoire américaine moderne.

Auparavant, c'était la fusillade dans une discothèque d'Orlando, en Floride, en juin 2016, qui détenait ce triste record, avec un bilan de 49 morts (sans compter le tireur) et d'une cinquantaine de blessés.

Revendication de l'État islamique démentie par les autorités

Selon la police de Las Vegas, Stephen Paddock aurait agi seul. Il ne serait membre d'aucun groupe politique ni d'un groupe religieux extrémiste.

L'AMAQ, l'organe de communication du groupe armé État islamique (EI), affirme que Stephen Paddock s'était converti à l'islam il y a quelques mois et que c'est en son nom qu'il aurait commis ce massacre, rapportent les agences de presse AFP et Reuters.

L'EI n'a cependant fourni aucune preuve de la conversion de Stephen Paddock ni d'une quelconque allégeance envers le groupe armé.

La police américaine n'a pas commenté cette information relayée sur de nombreux réseaux sociaux. Un haut responsable américain a par ailleurs rapidement écarté l’hypothèse de l’implication de l’EI dans cet événement.

Jason Aldean offre toutes ses prières aux victimes

Dans un message publié sur Instagram, le chanteur Jason Aldean a précisé que ses musiciens et lui étaient sains et saufs.

« La soirée a été au-delà de l'horreur », a-t-il confié en dédiant ses pensées et ses prières à tous ceux qui se trouvaient à son concert.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine