Retour

Fusillade de Moncton : la GRC coupable d'avoir mal équipé les policiers

La GRC est reconnue coupable d'avoir violé le Code canadien du travail en lien avec la fusillade de Moncton, qui s'est soldée par la mort de trois policiers sous les balles de Justin Bourque, le 4 juin 2014.

Un texte de Catherine Allard

Le juge Leslie Jackson a rendu son verdict vendredi matin, au palais de justice de Moncton, après un procès de six semaines tenu plus tôt cette année.

Dans une décision de 64 pages, le juge a expliqué que la force policière était coupable de ne pas avoir fourni l’équipement et la formation appropriés à ses agents, mais il rejette toutefois des accusations qui portaient sur la supervision des policiers.

Les deux parties seront de retour en cour le 23 novembre pour le prononcé de la peine. La GRC est passible d'une amende de 1 million de dollars.

Fin d'un chapitre éprouvant pour les familles

Les femmes des trois agents tués, ainsi que des policiers présents dans la salle d’audience, ont poussé un soupir de soulagement lorsque le juge a rendu son verdict de culpabilité. Pour eux, le chef d’accusation sur l’équipement et la formation était le plus important.

« Mon espoir est que cette histoire aura permis aux membres de la GRC d’être mieux équipés et d'être plus en sécurité. Tout au long, j’ai pensé que s’ils avaient eu l’équipement nécessaire, ça ne serait pas arrivé », a dit Nadine Larche, l'épouse du gendarme Douglas Larche, quelques minutes après le verdict.

Les policiers attendent des changements

Louis-Philippe Thériault, policier à Moncton et président de l’Association canadienne professionnelle de la police montée, affirme qu’un « gros poids sur [leurs] épaules disparaît tout à coup ».

Il affirme que l’absence de l'ancien commissaire de la GRC Bob Paulson « démontre le style de leadership dans lequel on vivait quand il était aux commandes de la GRC ».

Il n'est pas le seul à trouver que Bob Paulson brille par son absence. Un autre policier présent le soir de la fusillade, Patrick Bouchard, le souligne et dénonce le mauvais leadership au sein de la force policière.

« Dans la hiérarchie de la GRC, il n'y a pas personne qui est ici aujourd'hui pour dire : " Oui, on a fait quelque chose de pas correct", et ça a été prouvé aujourd'hui, ils ont été trouvés coupables », dit Patrick Bouchard.

La fusillade de Moncton a déjà provoqué des changements dans la GRC. La grande majorité des autos-patrouilles au pays sont actuellement munies de carabines militaires, ce qui n’était pas le cas avant le 4 juin 2014.

Quelle est la prochaine étape?

Les deux parties seront de retour en cour le 23 novembre pour le prononcé de la peine. La GRC est passible d'une amende de 1 million de dollars.

L'avocat de la GRC, Mark Ertel, n'a pas dit s'il allait porter la décision en appel. Dans une déclaration écrite, la GRC affirme qu'elle « respecte la procédure judiciaire » et qu'elle « examinera le jugement et décidera des prochaines mesures à prendre ».

Gilles LeVasseur, professeur de gestion et de droit à l’Université d’Ottawa, croit même que ce verdict de culpabilité pourrait ouvrir la porte à d'autres procédures judiciaires.

« Si on a déjà gagné un procès contre la GRC pour des manquements en relations de travail, ça veut dire ça que la GRC pourrait aussi faire l'objet d'autres manquements plus tard et qui seraient sujets à d'autres poursuites », affirme-t-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine