Retour

Gaétan Barrette défend le travail des oncologues contre Josée Blanchette

« Ce qui se fait actuellement, en oncologie, se fait sur la base de données probantes », a déclaré le ministre de la Santé du Québec après que la journaliste Josée Blanchette eut mis en doute l'efficacité de la chimiothérapie dans le traitement du cancer à l'émission Tout le monde en parle, sur ICI Radio-Canada Télé, dimanche soir.

Lors d'une conférence de presse sur l'accessibilité des médecins de famille, mardi, Gaétan Barrette a accepté de commenter cette controverse créée par les propos de la journaliste et chroniqueuse au Devoir.

Cette dernière exhorte publiquement la population à « arrêter de penser que la chimiothérapie est le seul traitement valable » contre le cancer.

Gaétan Barrette a souligné qu'après le passage de Josée Blanchette à la télévision « il y a eu une réaction vive de la part des patients ».

Le ministre ne fait pas dans la chronique littéraire

Au sujet de l'essai qu'a publié Mme Blanchette sur le traitement du cancer dans le système de santé, Gaétan Barrette a déclaré qu'il n'allait pas « commencer aujourd'hui une chronique littéraire sur tout ce qui se publie ».

« Moi, les écrits qui m'intéressent, ce sont les journaux scientifiques », a-t-il précisé.

Le ministre souligne que quantité de livres sont publiés dans le domaine de la santé et qu'il revient au milieu scientifique de défendre ses positions.

Des médecins outrés

De fait, une douzaine d'hématologues et d'oncologues du CHUM ont défendu leur champ d'expertise. Dans une lettre ouverte publiée dans La Presse+, mardi, ces spécialistes disent que « de prétendre que toute chimiothérapie est une supercherie constitue une ''mésinformation'' qui ne peut être laissée sans réplique ».

En entrevue sur ICI RDI, l'un des signataires de la lettre, Denis Soulières, a déploré que Mme Blanchette ait tenu des propos « sans grandes nuances » et que ces mêmes propos n'aient pas fait « l'objet de beaucoup de questionnement ».

Le Dr Soulières affirme que des patients lui ont dit avoir entendu à la télévision que la chimiothérapie, « ça ne fonctionnait pas ».

Il affirme que ce sont les patients qui reçoivent depuis peu des traitements qui se sont montrés inquiets. Les patients qu'il traite depuis longtemps, en revanche, « ne sont pas revenus sur les faits qu'on leur présente depuis plusieurs années », a-t-il ajouté.

L'hémato-oncologue affirme que la sortie de Josée Blanchette est « un peu dommageable dans la relation qu'on essaie d'obtenir entre un patient et un médecin ».

Chantage émotif ou discussion éclairée?

À Josée Blanchette qui reproche aux médecins de recourir à des arguments tels que : « Voulez-vous voir votre fils entrer à l'université? » pour inciter les patients à accepter des traitements de chimiothérapie, le Dr Soulières répond que la majeure partie des médecins n'exercent pas de pression indue en faveur de ce genre de traitements.

Les hémato-oncologues discutent avec leurs patients des objectifs de vie de ces derniers, afin de leur faire faire un choix éclairé, dit Denis Soulières en substance.

Enfin, M. Soulières reproche à Josée Blanchette d'avoir cité une étude qui colligeait des données relevées il y a plus de 20 ans.

Plus d'articles