Retour

Garderies : Québec ajoute 40 millions pour rallier l'AQCPE

Les négociations entre Québec et les services de garde pourraient trouver une conclusion dès demain. Le gouvernement Couillard annoncerait mardi qu'il ira de l'avant avec son modèle de financement. Et s'il espère toujours y rallier l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) grâce à une offre bonifiée, il serait prêt à se passer de son aval. 

Un texte de Julie Dufresne


Québec a déjà signé une entente de principe avec trois des quatre associations il y a deux semaines, mais les négociations achoppent avec l'AQCPE, la plus importante d'entre elles, qui dénonce des compressions de 120 millions de dollars.

Or, selon nos informations, à l'issue d'un blitz de négociations qui s'est tenu la fin de semaine dernière avec l'AQCPE, Québec aurait bonifié son offre en augmentant l'enveloppe destinée à une allocation transitoire.

Cette allocation, déjà prévue dans les ententes conclues avec les trois autres associations, était de 20 millions de dollars pour 2016-2017.

Cette somme serait triplée, selon nos sources : elle passerait à 60 millions de dollars, ce qui pourrait faire pencher la balance pour l'AQCPE.

Procéder avec ou sans l'aval de l'AQCPE

Le bureau du nouveau ministre de la Famille refuse de le confirmer pour l'instant, mais nos sources nous indiquent que Québec a demandé à toutes les associations de libérer leur agenda demain ou « tôt cette semaine ». Elles en déduisent que Sébastien Proulx espère réunir à la même table :

  •  le Rassemblement des garderies privées du Québec (RGPQ)
  •  l'Association des garderies privées du Québec (AGPQ)
  •  le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance)CQSGEE
  •  l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE)

Il faudra d'abord et avant tout voir comment les membres de l'AQCPE vont accueillir cette nouvelle offre : elle leur sera présentée cet après-midi à 14 h lors d'une web-conférence.

Plus d'articles