Retour

Gatineau : « une des pires urgences du monde occidental », selon un coroner

Dans un rapport produit à la suite du décès d'un homme de 75 ans souffrant de sclérose latérale amyotrophique (SLA), un coroner dresse un portrait accablant de l'urgence à l'hôpital de Gatineau, qu'il estime être « parmi les pires du monde occidental pour les délais de soins ». Le septuagénaire a dû attendre 20 fois plus longtemps que le « délai d'attente idéal » pour voir un médecin.

Le coroner Pierre Bourassa a examiné le décès de De Sale Gauthier, en août 2015. Ses conclusions sont pour le moins cinglantes envers l'établissement géré par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.

À la suite d'une chute survenue à son domicile le 15 août 2015, M. Gauthier a été admis à l'urgence de l'hôpital de Gatineau à 16 h 07 pour une blessure à l'épaule. Il ne sera vu par un médecin que le lendemain à 2 h 4, soit un peu plus de 10 heures après son arrivée.

« Le triage de l'établissement avait accordé un niveau 3 au cas de M. Gauthier et selon l'ETG (Échelle canadienne de triage et de gravité), le délai d'attente idéal est de 30 minutes », précise pourtant le coroner.

Il indique que le délai moyen ce jour-là pour un malade de niveau 3 était de 4 h 25.

Le coroner rappelle que le plus récent rapport du commissaire à la santé et au bien-être du Québec mentionnait que l'urgence de l'hôpital de Gatineau avait un « rendement inférieur », comparativement aux autres urgences de la province.

Il évoque aussi le « palmarès des urgences », qui donnait la note de D- à ce service, selon les données du gouvernement québécois, soit la plus basse du classement.

Sa conclusion est brutale : « Considérant que le commissaire à la santé et au bien-être indique que les urgences du Québec sont non seulement les pires au Canada, mais aussi les pires du monde occidental et qu'aucune urgence du Québec n'a obtenu plus bas qu'un D-, nous sommes forcés de conclure que les statistiques indiquent que cette urgence est parmi les pires du monde occidental pour les délais de soins », note Pierre Bourassa.

Des questions sur la gestion du cas

De Sale Gauthier recevra finalement un diagnostic pour une fracture fermée de l'humérus. Il décédera cinq jours plus tard.

« Le jour du décès, le médecin inscrit à l'endos de la feuille sommaire d'hospitalisation "décédé subitement sans cause évidente", ce qui devrait être automatiquement un avis au coroner ou au moins au directeur de l'établissement », écrit le coroner.

Il mentionne plus loin dans son rapport plusieurs « situations problématiques », dont le fait que le malade a reçu ses médicaments à des heures erronées et que d'autres médicaments ont été égarés.

« M. De Sale Gauthier est décédé d'hypoxie par atélectasie pulmonaire et hypoventilation probable, consécutivement à une sclérose latérale amyotrophique compliquée d'une fracture récente de l'humérus droit », conclut Pierre Bourassa. « Il s'agit d'une mort accidentelle avec composante iatrogénique probable ».

Par la suite, le coroner recommande que le CISSS de l'Outaouais prenne des mesures pour améliorer les délais de prise en charge à l'urgence de Gatineau, ainsi que le processus du relevé des prescriptions et des ordonnances.

Il suggère aussi qu'une copie de son rapport soit envoyée à l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) « pour révision et possible inspection si jugée nécessaire par l'ordre professionnel ».

Une situation pas spécifique, dit le CISSS de l'Outaouais

De son côté, le directeur des services professionnels du CISSS de l'Outaouais, Guy Morissette, a tenu à apporter quelques précisions.

Il a tout d'abord mis de l'avant que les propos du commissaire à la santé et au bien-être du Québec à l'égard de l'urgence de Gatineau visaient l'accès aux soins.

« On parle de "pire" en termes d'accès aux soins. [...] Comme toute installation, comme tout hôpital, on a aussi des défis. Quand le coroner parle, par exemple, d'échelle de triage avec le 30 minutes [de délai], on n'est pas les seuls. C'est un défi provincial », justifie-t-il.

M. Morissette a ensuite énuméré une série d'autres rapports sur ce cas, qui ont été produits récemment. Il a assuré que des mesures avaient déjà été prises dans le cadre d'un processus d'amélioration des services.

« On a une série d'éléments qui ont été observés, soulevés, avec lesquels on est d'accord. Alors, il y a plusieurs groupes de travail, des mesures qui se mettent en place », assure-t-il.

Il prévient néanmoins que plusieurs dimensions des services de soin sont touchées et que cela prendra du temps pour toutes les améliorer.

Le patient doit être au coeur des préoccupations, rappelle Action Santé Outaouais

Le coordonnateur du groupe de défense des droits des patients Action Santé Outaouais dit que les conclusions du coroner Bourassa ne le surprennent pas et que les problèmes dans les urgences de l'Outaouais sont bien connus.

« J'ai eu le CISSSO tout à l'heure, au téléphone, avec les plus hauts dirigeants, qui eux-mêmes sont désappointés de la situation », raconte Jean-Charles Pichereau. « Aujourd'hui, on n'est pas à chercher des coupables. On est à chercher des solutions. »

Selon M. Pichereau, le regroupement des anciens centres de santé et de services sociaux de la région crée encore des problèmes. Il affirme que la réorganisation n'est pas terminée et qu'il y a encore un manque de coordination au niveau des soins aux patients.

M. Pichereau plaide pour une « efficience des urgences ». Il en profite pour rappeler que les établissements du CISSS de l'Outaouais doivent aussi avoir les moyens d'acquérir de nouveaux appareils médicaux à la fine pointe de la technologie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine