Retour

Gaz à effet de serre : tous les crédits disponibles cette année ont été vendus

Des entreprises et organisations qui ont dépassé leur quota d’émissions de carbone ont acheté tous les crédits mis en vente par le ministère de l’Environnement ontarien.

C’est ce que révèle le rapport des résultats de la première vente aux enchères de crédits au carbone, publié lundi par le gouvernement ontarien. La vente a eu lieu le 22 mars, mais ses résultats n’ont été que publiés lundi.

Le prix d’une unité a fluctué entre le prix plancher de 18,07 $ et 49,41 $. Le prix médian était de 19 $. Plus de 25 millions de crédits d'émissions de gaz à effet de serre ont été échangés.

Puisque plusieurs des pollueurs-payeurs sont des compagnies pétrolières – Suncor, Union Gas, Enbridge, Imperial Oil, Irving, Husky Oil, entre autres – ce programme de crédit de carbone a un lien direct avec le prix de l’essence.

« En payant le fameux 18 $ la tonne, ils vont l'inclure dans le prix de l'essence et nous on va le payer. » C’est ce qu’affirme Jean-Thomas Bernard, professeur à l'Université d'Ottawa, spécialisé dans le domaine de l'énergie.

En fait, depuis le premier janvier, cette taxe au carbone a causé une augmentation du prix à la pompe de 4,3 cents le litre, selon la Presse canadienne.

Réduire la pollution

Le gouvernement ontarien affirme que les 472 millions de dollars ont été récoltés seront réinjectés dans le but de réduire la pollution dans la province.

Selon le ministre de l’Environnement, Glen Murray, cette première mise aux enchères s’est bien déroulée, mais les prochaines pourraient être un peu plus rocambolesques. Il affirme que le public devrait s’attendre à « de la volatilité et de l’imprévisibilité » dans l'avenir.

L’objectif du gouvernement reste le même, peu importe la somme d’argent recueillie, selon M. Murray, c’est-à-dire de réduire les gaz à effet de serre.

La majorité des émetteurs de grandes quantités de carbone sont exempts de cette loi et de ce processus jusqu’en 2020. Le gouvernement affirme craindre que les entreprises qui polluent le plus ne quittent la province.

Ce système d’échange de crédits d’émissions de gaz à effet de serre vise à réduire ces émissions. Les entreprises qui sont requises par la loi de réduire leurs émissions sous un certain seuil et qui n'y parviennent pas doivent acheter des « crédits » auprès du gouvernement.

Ces crédits sont établis lorsque des entreprises réussissent à se trouver en-dessous du seuil, ce qui signifie que le nombre de crédits fluctuera d’une enchère à l’autre. Si de nombreuses entreprises qui émettent trop de gaz à effet de serre veulent acheter un petit nombre de crédits, les prix augmenteront.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine