Retour

Gestion de l'offre : Duceppe interpelle Trudeau et Mulcair

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, demande à ses adversaires libéral et néo-démocrate, Justin Trudeau et Thomas Mulcair, de s'engager à voter contre un éventuel accord de Partenariat transpacifique (PTP) si le système de gestion de l'offre en matière agricole n'y est pas maintenu intégralement.

Gilles Duceppe soutient que les libéraux et les néo-démocrates doivent « s'engager à ne pas ratifier un tel accord si la gestion de l'offre n'est pas entièrement intacte », et demande du même souffle à Thomas Mulcair et Justin Trudeau de s'engager à voter contre un éventuel accord qui ne protégerait pas intégralement le système de gestion de l'offre.

Le chef bloquiste a d'ailleurs rappelé qu'une motion de l'Assemblée nationale a été adoptée à l'unanimité pour le maintien intégral de la gestion de l'offre dans le cadre des négociations du Partenariat transpacifique.

L'intégralité ou pas?

Thomas Mulcair a affirmé jeudi matin qu'« un gouvernement du NPD va défendre l'intégralité de notre système de gestion de l'offre ». Le chef néo-démocrate a soutenu qu'« il s'agit d'un gagne-pain honorable pour des milliers de familles à travers le Canada » et que « Stephen Harper, évidemment, n'a pas de mandat à 15 jours des élections de négocier ça en catimini ».

« Les réponses de Stephen Harper et de son soi-disant lieutenant Denis Lebel donnent lieu de craindre le pire pour nos producteurs agricoles, et nous, on va être là pour les protéger à chaque étape », a ajouté M. Mulcair.

Mercredi, le candidat conservateur Denis Lebel a affirmé que son gouvernement s'était engagé à protéger la gestion de l'offre, mais n'a pas voulu préciser si l'intégralité du système serait protégée. Le ministre sortant des Finances, Joe Oliver, a réaffirmé jeudi cette position des conservateurs.

La semaine dernière, alors que des rumeurs laissaient entendre que le Canada serait prêt à laisser entrer jusqu'à 10 % de plus de produits laitiers provenant des États-Unis, le candidat conservateur dans la circonscription de Beauce, Maxime Bernier, avait affirmé que le gouvernement actuel « reste déterminé à défendre notre système de gestion de l'offre ».

De son côté, Justin Trudeau s'est limité à rappeler que « le Parti libéral continue de protéger la gestion de l'offre », sans spécifier s'il s'engageait à en protéger l'intégralité. « On sait que des ententes commerciales à l'international sont essentielles pour créer des emplois, pour créer de la croissance économique pour que le Canada puisse être présent sur les marchés de la planète entière, et c'est pour ça que c'est important que le Canada continue de s'engager à l'international. Mais il faut évidemment que ce soit fait de la bonne façon », a-t-il soutenu.

Le chef libéral a par ailleurs déploré la manière dont ces négociations sont menées par le gouvernement conservateur. « Le manque de transparence et la façon cachottière [avec laquelle] M. Harper conduit, pas juste ces négociations, mais son gouvernement tout entier, nous laisse avec la nécessité de deviner, de faire de la spéculation, de ne pas savoir ce qu'ils sont en train de faire », a affirmé le chef libéral.

« C'est très frustrant pour nos fermiers, pour les médias, pour les Canadiens d'avoir un premier ministre qui ne dit pas ouvertement ce qu'il est en train de négocier. »

Un enjeu électoral particulièrement important au Québec et en Ontario

De nombreuses manifestations d'agriculteurs ont eu lieu au cours des derniers mois pour que le gouvernement fédéral protège le système de gestion de l'offre, qui touche surtout les agriculteurs du Québec et de l'Ontario. En 2013, le Canada comptait 10 845 fermes d'élevage de bovins laitiers et de production laitière et 2720 fermes d'élevage de volailles et de production d'oeufs. Près de 80 % de toutes ces fermes étaient au Québec et en Ontario.

Jeudi, des dizaines d'agriculteurs vont visiter les bureaux de trois candidats conservateurs dans la région de Chaudière-Appalaches, et le candidat conservateur dans Mirabel a aussi été interpellé par des agriculteurs.

Plus tôt cette semaine, des agriculteurs ont manifesté devant le parlement à Ottawa pour s'opposer à l'ouverture du marché canadien des produits laitiers.

Le Canada négocie l'accord de Partenariat transpacifique avec les États-Unis, l'Australie, Brunei, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam.

Plus d'articles

Commentaires