Gilles Duceppe annoncera jeudi qu'il quitte la direction du Bloc québécois, lors de la réunion du bureau national du parti, a pu faire confirmer Radio-Canada. Un point de presse est prévu à 13 h, à Montréal.

Le bilan du Bloc québécois au sortir du scrutin de lundi est mitigé. S'il a ainsi fait élire dix députés, son appui populaire n'a pas dépassé les 20 %. M. Duceppe a pour sa part échoué à se faire élire dans la circonscription montréalaise de Laurier-Sainte-Marie, dont il fut le député de 1990 à 2011.

M. Duceppe a reconnu que les résultats de l'élection n'étaient pas à la hauteur de ses attentes.

Plus tôt en journée, le chef péquiste, Pierre Karl Péladeau, avait dit souhaiter que M. Duceppe reste à la tête du Bloc, vantant sa maîtrise des dossiers fédéraux.

« Gilles a toujours été un ardent défenseur, il a l'expérience politique, nous l'avons constaté pendant la campagne électorale. Il maîtrise extrêmement bien les dossiers, notamment tous les dossiers à saveur fédérale, sur les compétences, les empiétements qui existent », avait-il alors souligné.

Après avoir été défait dans sa circonscription en 2011, M. Duceppe avait quitté une première fois ses fonctions à la tête du parti. Le Bloc ne comptait alors que quatre députés.

M. Duceppe était finalement sorti de sa retraite cet été, avant le début de la campagne électorale, à la demande du chef d'alors, Mario Beaulieu, qui a été élu député de la circonscription de Pointe-de-l'île lundi.

Avec 10 députés, 8 de plus que les 2 qu'il possédait à la dissolution de la Chambre, le parti tombe cependant à court des 12 sièges requis pour devenir un parti officiel et ainsi obtenir des budgets de recherche et un droit de parole régulier durant la période de questions.

Catherine Fournier à la présidence du Bloc?

Par ailleurs, la candidate bloquiste défaite dans Montarville, Catherine Fournier, pourrait bien succéder à Mario Beaulieu à la présidence du Bloc québécois. C'est ce que révèle le Huffington Post Québec mercredi.

Le bureau de monsieur Duceppe n'a pas voulu commenter la nouvelle alors que de son côté Catherine Fournier, contactée par Radio-Canada, n'a pas nié, se limitant plutôt à dire que l'on en saurait plus jeudi.

 Catherine Fournier, économiste de formation, a terminé deuxième dans sa circonscription, sur la Rive-Sud, avec 29,1 % des voix contre 33,5 % pour le nouveau député libéral Michel Picard.

La jeune femme de 23 ans correspond à l'image de jeunesse que veut revêtir le Bloc québécois. La candidate a été mise de l'avant dans divers débats durant la campagne.

Gilles Duceppe est allé dans Montarville à trois reprises et le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, à deux reprises pour l'appuyer.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ce husky n'arrête pas d'éternuer!





Rabais de la semaine