Retour

Golden Globes : victoire pour Big Little Lies et Three Billboards

Avec chacun quatre prix en poche, la série Big Little Lies de Jean-Marc Vallée et le film Three Billboards Outside Ebbing, Missouri sont les grands vainqueurs de la 75e cérémonie des Golden Globes, dimanche soir. Le couronnement de ces oeuvres, qui mettent en vedette des femmes, est en quelque sorte un pied de nez aux scandales sexuels qui portaient ombrage aux festivités.

« Wow, le pouvoir des femmes », a lancé Nicole Kidman tout en rendant hommage à Reese Witherspoon avec qui elle partage le petit écran et la production de Big Little Lies, qui a terminé la soirée sur une note parfaite avec le prix de la meilleure minisérie.

L'adaptation de La servante écarlate de Margaret Atwood (The Handmaid's Tale) a reçu le trophée de la meilleure série dramatique ainsi que celui de la meilleure actrice pour Elisabeth Moss.

« Grâce au courage de certaines femmes, nous ne vivons plus entre les histoires, a-t-elle dit en parlant des nombreux scandales sexuels qui frappent l'industrie du divertissement. Nous sommes les histoires dans les journaux et c'est nous qui écrivons nos histoires. »

Quant au créateur de la série, Bruce Miller, il a encouragé « tous ceux et celles qui font ce qu'ils peuvent pour que The Handmaid's Tale ne devienne pas réalité ».

Affaire Weinstein et les inégalités en contrepoint

D'ailleurs, si plusieurs se demandaient comment allait être abordée l'affaire Weinstein lors ce premier grand rendez-vous, le présentateur Seth Meyers a su crever l'abcès dès les premières minutes en faisant de nombreuses allusions caustiques. « On est en 2018, la marijuana est finalement autorisée et le harcèlement sexuel ne l'est plus. »

« The Shape of Water est un film incroyable, a-t-il ajouté. Mais une femme naïve qui tombe amoureuse d'un monstre, ça me rappelle un autre film de Woody Allen. Un Manhattan sous l'eau. »

S'en est suivi un échange de blagues avec quelques acteurs au sujet des boulets que traîne un Hollywood encore trop masculin et trop blanc. « Selon des études, seulement 5 % des rôles parlés sont joués par des Asiatiques », lance le maître de cérémonie à l'actrice Hong Chau de Downsizing, ce à quoi elle répond : « Les calculs doivent être faussés puisque c'est un Blanc qui les a faits. »

Au cours de l'un des moments forts de la soirée, Oprah Winfrey a quant à elle livré un puissant témoignage sur l’importance de la diversité dans les médias pour combattre les inégalités, lorsqu'elle est venue chercher le prestigieux prix Cecil B. DeMille pour l’ensemble de sa carrière.

« Dire sa vérité est l’outil le plus puissant que nous avons et je suis particulièrement fière et inspirée par toutes les femmes qui se sont senties assez fortes et puissantes pour partager leurs histoires personnelles », a souligné la productrice.

« Depuis trop longtemps, les femmes n'ont pas été entendues ou crues si elles osaient dire la vérité face au pouvoir de ces hommes. Mais c'est fini pour eux! », a-t-elle ajouté, recevant une ovation debout dans la salle du Beverly Hilton.

L'absence de réalisatrices en nomination n'est pas passée inaperçue, d'autant plus que 2017 a vu passer d'excellents films faits par des femmes comme Wonder Woman, Lady Bird et Mudbound. Nathalie Portman s'est même fait un point d'honneur de le rappeler en présentant « les hommes » en lice pour le prix de la réalisation.

Grande surprise au cinéma

Si The Shape of Water semblait parti pour mener le gala avec ses sept nominations, le cinéaste Guillermo del Toro n'est reparti qu'avec deux trophées, dont celui pour la réalisation. Octavia Spencer a échappé le Golden Globe de la meilleure actrice de soutien, aux mains d'Allison Janney pour I, Tonya.

La surprise est venue du côté de Three Billboards Outside Ebbing, Missouri, film dans lequel une mère (Frances McDormand) dénonce l'inertie de la police après l'assassinat de sa fille. Forte de six nominations, cette comédie dramatique a été récompensée quatre fois, notamment comme meilleur film dramatique de l'année.

Nommée meilleure comédie, Lady Bird n'est pas en reste. Saoirse Ronan est passée devant Margot Robbie, Judi Dench, Emma Stone et Helen Mirren grâce à son rôle d'étudiante rebelle qui souhaite fuir à New York.

Quant à Gary Oldman, la métamorphose en Winston Churchill dans Darkest Hour l'a mené au titre de meilleur acteur dans un film dramatique.

Remis par les 90 journalistes de l’Association de la presse étrangère d'Hollywood (HFPA), les Golden Globes s'avèrent les plus prestigieux prix de l'industrie du cinéma et de la télévision aux États-Unis après les Oscars. Les résultats de dimanche soir pourraient d'ailleurs servir d'indices pour la 90e cérémonie le 4 mars prochain.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité