Retour

Golfe du Saint-Laurent : les eaux les plus chaudes en 100 ans

La température des eaux profondes du golfe du Saint-Laurent est la plus élevée depuis un siècle, selon Pêches et Océans Canada.

Les scientifiques du ministère mesurent la température des eaux de surface, des couches intermédiaires et des eaux profondes du Québec jusqu’à Terre-Neuve-et-Labrador. Ils viennent de présenter un rapport sur les données de 2016.

« Toutes les espèces halieutiques qui vivent dans ces eaux-là, elles doivent être confrontées finalement à des températures qu’elles n’ont jamais connues », souligne M. Galbraith.

Certaines espèces vont en profiter, comme le sébaste, dit-il, mais d’autres non, comme la crevette et le crabe des neiges, qui préfèrent des eaux moins chaudes. La situation peut donc entraîner des effets sur les pêches commerciales.

D’autres zones ont aussi connu des températures particulièrement élevées en 2016.

« Il y a quelques régions qui ont connu des records de températures, par exemple l’estuaire du Saint-Laurent, sur toute la série de télédétection, a connu son été le plus chaud. C’était la deuxième série la plus chaude pour la baie de Fundy et le golfe du Maine. Il y a des endroits qui ponctuellement, soit pendant l’hiver ou l’automne, ont eu les mois les plus chauds [...] pendant la période. On pense particulièrement au plateau néo-écossais, qui a connu un mois de mars et un mois d’avril record. Puis, en novembre, presque toutes les régions, sauf la côte de Terre-Neuve, ont connu des records de températures aussi », indique Peter Galbraith.

Quant aux raisons de ce réchauffement, M. Galbraith explique que le golfe comprend des eaux froides du Labrador et des eaux chaudes du Gulf Stream. Ces dernières s’étendent un peu plus au nord qu’auparavant. Les eaux qui entrent dans le golfe sont donc plus chaudes.

« La moyenne sur toutes les eaux profondes du golfe, on a dépassé 6 degrés Celsius. On a des poches qui entrent dans le détroit de Cabot qui sont au-dessus de 7 degrés Celsius, ce qui est très préoccupant. Et quand on regarde dans le chenal laurentien, à l’extérieur du golfe du Saint-Laurent, dans la région des Maritimes, on voit des températures supérieures à 8 degrés Celsius. Alors, c'est possible que ces eaux-là, supérieures à 8 degrés, entrent aussi dans le golfe du Saint-Laurent, ce qui nous porte à croire qu'on n'est pas près de revoir les températures rebaisser. Tous les signaux qu'on voit des eaux au large, elles sont encore plus chaudes », précise-t-il.

Le réchauffement des eaux et les baleines noires

Le réchauffement de ces eaux observé depuis quelques années coïncide avec le déplacement du zooplancton, dont se nourrissent les baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce menacée.

Le zooplancton qui se trouve maintenant dans le golfe est probablement la raison pour laquelle les baleines à la recherche de nourriture quittent les endroits qu’elles fréquentaient traditionnellement, au sud de la Nouvelle-Écosse et dans la baie de Fundy, estime Dave Hebert, chercheur scientifique à l’Institut océanographique de Bedford, en Nouvelle-Écosse.

Il reste à déterminer si le zooplancton mène les baleines dans la voie de circulation des navires. Au moins 10 baleines noires de l’Atlantique Nord ont été trouvées mortes cet été dans le golfe.

Le gouvernement fédéral oblige tous les navires à respecter une limite de vitesse réduite dans un secteur du golfe tant que les baleines s’y trouvent, afin de réduire les risques de collision mortelle pour elles.

Avec des informations de Paul Withers, CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine