Le Groupe TVA débranche sa chaîne spécialisée en nouvelles économiques Argent et procède à la réorganisation de l'Agence QMI, deux décisions qui entraînent la suppression d'une vingtaine d'emplois.

D'après Véronique Mercier, vice-présidente aux communications du Groupe TVA, les neuf personnes qui avaient un poste permanent à la chaîne Argent supplanteront, dans d'autres salles des nouvelles du Groupe TVA, des collègues qui n'avaient qu'un poste temporaire. Résultat : ces derniers perdront leur emploi.

Mme Mercier affirme aussi que la restructuration chez QMI entraîne la perte d'une dizaine d'emplois dans la salle de rédaction.

Un déficit d'un demi-million de dollars

Lancée en grande pompe par le Groupe TVA en 2005, la chaîne spécialisée Argent était déficitaire depuis 2012.

Entre 2012 et 2014, les pertes ont quintuplé pour atteindre plus d'un demi-million de dollars. Le nombre d'abonnés a aussi fondu : des 950 000 abonnés qu'avait la chaîne en 2011, il n'en restait plus que 440 000 en 2015.

La direction du Groupe TVA a annoncé la nouvelle de la fermeture aux employés mardi matin. Elle a cité des problèmes de rentabilité qui s'expliquent notamment par la possibilité qu'ont désormais les consommateurs de choisir les chaînes de leur forfait télé.

« C'est un mélange de plusieurs éléments, a expliqué Mme Mercier. Depuis le 1er mars, on sentait entre autres les impacts des changements réglementaires en vigueur. »

De son côté, la présidente et chef de la direction de Québecor Groupe Média et de Groupe TVA inc., Julie Tremblay, déplore que, alors que les diffuseurs privés doivent faire face à une « industrie en pleine transformation », « le gouvernement envoie des centaines de millions de dollars au diffuseur public ».

Des reprises jusqu'à la fin du mois

La diffusion de bulletins au Canal Argent est déjà suspendue. D'ici à la disparition de la chaîne, le 30 avril, le Groupe TVA y présentera des reprises. « La marque Argent continuera d'être visible à la télévision sur nos autres chaînes et sur Internet », a tenu à préciser Véronique Mercier.

La disparition du Canal Argent ne signifie pas pour autant qu'un sort similaire attend les sept autres chaînes spécialisées exploitées par la filiale du conglomérat Québecor.

Compressions chez QMI

En ce qui a trait à QMI, fondée en 2008, la restructuration est due à la vente, en octobre 2014, par Québecor, de ses 174 journaux anglophones à PostMedia.

De ce nombre, il y avait le Ottawa Sun et le Toronto Sun, les quotidiens 24 Hours de Toronto et de Vancouver, ainsi que des journaux locaux. Cette transaction avait eu pour conséquence d'obliger QMI à revoir, à la baisse, ses effectifs.

Les employés de QMI n'étaient pas syndiqués. Mais ceux du Canal Argent, eux, sont représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique.

À l'interne, la plupart des employés du Canal Argent s'attendaient à être intégrés aux autres plateformes du groupe depuis au moins un an et demi. De plus, des journalistes qui sont partis au fil du temps n'ont pas été remplacés.

Néanmoins, selon le conseiller syndical Michel Latulipe, le Groupe TVA aurait pu annoncer plus tôt ses couleurs à ses troupes, étant donné que la licence de la chaîne spécialisée a été remise au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

« Il s'agit d'une décision à laquelle ils ont dû réfléchir longuement », a-t-il dénoncé.

Selon M. Latulipe, ce n'est que mardi matin que le syndicat a appris, par un message laissé sur sa boîte vocale, que la direction du Groupe TVA annoncerait la disparition du canal Argent.

Avec les informations de Sonia Duguay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine