Retour

Guichet d'accès à un médecin de famille: un mauvais départ clament les médecins

Une semaine après la mise en place du guichet d'accès à un médecin de famille ( GAMF ) plusieurs médecins éprouvent des difficultés à se faire attribuer des patients. Les citoyens qui sont suggérés aux médecins demeurent souvent trop loin de leur lieu de pratique. La Fédération des omnipraticiens parle de « cafouillage » et « de ratés ». Le ministre de la Santé Gaétan Barrette promet de corriger le tir.

Un texte de Camille Simard

Le docteur Vincent Demers a testé le système à partir d'une clinique en Basse-Ville de Québec où il travaille deux jours par semaine. Après avoir entré le code postal de la clinique, le système a généré une liste de 10 patients inscrits au guichet.

À sa surprise, aucun des patients ne provenait des quartiers avoisinants. Les citoyens habitaient Lévis, l'Île d'Orléans, Valcartier ou Loretteville. Le docteur Demers estime que ces patients habitent trop loin de la clinique. Pour lui, la notion de médecine de proximité perd tout son sens.

« Pour le patient, ce n'est pas lui rendre service de lui faire parcourir une trentaine de kilomètres pour venir voir le médecin », affirme-t-il. 

Vincent Demers souligne aussi qu'une telle distance ne favorisera pas une meilleure assiduité des patients, telle qu'exigée dans la nouvelle loi sous peine de pénalités.

« Ce n'est pas non plus dans mon intérêt, puisque le ministre Barrette dans son nouveau projet de loi demande que nos patients viennent nous voir 80 % du temps. Ça veut dire qu'à chaque fois que mon patient est malade, il devrait faire ces 30 kilomètres-là pour venir me voir plutôt que d'aller dans la clinique sans rendez-vous du coin de la rue. »

Les ratés du système

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec confirme que plusieurs de ses membres ont rencontré des problèmes semblables. « Il y a un cafouillage de départ c'est clair », affirme le président Louis Godin.

La situation est la même dans plusieurs régions. « Des médecins qui travaillent à Montréal se font référer des gens de Saint-Eustache, des gens de la Rive-Sud de Montréal se font référer des patients du centre-ville de Montréal, on a eu plusieurs de ces situations-là », illustre Louis Godin.

Il estime que l'implantation du guichet d'accès a été effectuée de manière précipitée.

Le ministre promet des corrections

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, explique que l'implantation du guichet centralisé a été faite sur une base géographique et qu'il doit y avoir des correctifs. « Je l'admets il y a certainement un ou des ajustements à faire, mais ça n'empêche pas les médecins de regarder la liste là », a commenté le ministre.

« Il ne faut pas penser que les médecins de Québec se font rérérer des patients du Grand-Nord québécois ou de l'Outaouais. Le site ne fait pas ça », conclut-il.

Depuis l'annonce du guichet centralisé, le ministère de la Santé a enregistré plus de 56 000 nouveaux patients. Au total, plus de 411 000 personnes sont inscrites à ce guichet. D'ici la fin de l'année 2017, le gouvernement estime que 85 % des Québécois seront inscrits. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine